Aucun appel dans l'affaire Yamaha : Dovizioso ne comprend pas

Léna Buffa
·5 min de lecture

La pénalité décidée jeudi par le panel de commissaires MotoGP de la FIM laisse certains adversaires de Yamaha circonspects. La marque et ses équipes ont été sanctionnés au championnat après avoir utilisé deux types de soupapes différents sans obtenir au préalable l'accord des autres constructeurs, mais les pilotes ont, eux, été épargnés. Et c'est bien là un détail qui n'en est pas un aux yeux de ceux qui jouent le titre face à Quartararo, Viñales ou encore Morbidelli.

S'ils avaient été privés des points retirés à leur équipe respective (correspondants au GP d'Espagne et, dans le cas de Morbidelli, également au GP de Styrie), à 100 : ils se trouveraient par conséquent derrière Andrea Dovizioso (109) et Álex Rins (105) au championnat pilotes, et à une distance nette de Joan Mir (137).

Une autre interprétation peut même laisser imaginer quelle serait la situation si la victoire conquise par Quartararo à la première course était revenue sur tapis vert au second, à savoir Dovizioso. "C'est ce que je ne comprends pas", a réagi ce soir le pilote Ducati, alors qu'aucun appel n'a été déposé pour contester la décision des commissaires. "Je ne comprends pas la stratégie des différents constructeurs, car ils semblent s'être mis d'accord pour ne pas porter de réclamation. Je ne connais pas tous les détails, alors je ne veux pas porter de jugement, mais c'est quelque chose qui me semble très étrange. Cela ne me semble pas logique."

Lire aussi :

La sanction de Yamaha, un "précédent dangereux" selon Ducati La sanction de Yamaha, néfaste pour la marque comme pour le MotoGP

"Si une situation non conforme aux règles a été identifiée et que l'on a décidé de la pénaliser, je ne comprends pas pourquoi on pénalise le constructeur, alors que c'est un championnat qui ne rapporte ni argent ni rien d'autre, à part le prestige, et non pas le championnat pilotes qui est celui qui intéresse tout le monde. Ça me semble tellement étrange qu'il y a peut-être quelque chose que j'ignore", a ajouté . "Je veux un peu mieux comprendre auprès de Ducati ce qui s'est passé, car personne ne m'en a parlé", a-t-il précisé.

Pour Rins, "Viñales devrait partir de la pitlane à chaque course"

Actuellement sixième du championnat, à quatre points de Dovizioso, s'est montré plus radical, estimant qu'il ne s'agissait que d'une mauvaise décision de plus de la part de commissaires pointés du doigt quasiment à chaque Grand Prix cette saison. "Au final, il y a tellement de mauvaises décisions qui sont prises par les commissaires qu'il faut les accepter", a déclaré le pilote Suzuki. "Peu importe le nombre de pénalités qui sont infligées et le nombre de fois où les pilotes se sont plaints, rien ne change."

"J'aime gagner en piste, pas en dehors, et cela va me motiver à être encore plus fort pour me battre. Si on gagne, on le fera en ayant plus de mérite", a estimé Rins. "Je me souviens que quand j'étais petit, j'ai couru dans le championnat de Méditerranée, et là-bas aussi il y a eu de la triche et pourtant j'ai réussi à gagner. J'espère donc qu'un jour je gagnerai aussi en MotoGP."

Mais le pilote Suzuki estime qu'il y a dans cette affaire une autre "injustice" à ses yeux, celle de n'infliger un départ de la pitlane à Maverick Viñales que pour ce Grand Prix. Le pilote Yamaha, qui utilise depuis ce vendredi un sixième moteur alors que cinq seulement lui sont consentis pour la saison, sera en effet sanctionné comme le prévoit le règlement, mais c'est encore trop clément aux yeux de Rins.

"En dehors de cette question [la pénalité de Yamaha au championnat], il y a aussi d'autres injustices, que l'on ne voit pas ou sur lesquelles on ne se pose pas de questions. Par exemple, Maverick utilise un nouveau moteur et doit partir des stands uniquement pour cette course, alors qu'il en profitera sur d'autres courses parce qu'il a un moteur affichant moins de kilomètres, on n'en parle pas. Il y a tellement d'injustices et on n'en parle pas. Il faut les respecter et se battre."

Quelle serait donc, selon lui, la bonne sanction dans une telle situation ? "S'il monte un nouveau moteur à Valence 1 et qu'il continue à l'utiliser sur les courses suivantes, il a clairement un avantage. Il serait donc logique qu'il parte de la pitlane à chaque fois qu'il utilise ce nouveau moteur. Mais les règles sont faites ainsi."

Au sujet de la pénalité que subira dimanche Maverick Viñales, troisième du championnat avec neuf points d'avance sur lui, Andrea Dovizioso ne voit finalement qu'un maigre avantage pour son cas personnel. "Si je devais me battre uniquement contre Maverick, oui, mais malheureusement il y a quatre autres pilotes !" a-t-il souri lorsqu'il lui a été demandé si cela lui relançait ses espoirs pour le titre, avant de concéder tout de même : "C'est positif pour nous, car ce sera clairement très difficile pour lui de partir derrière. Dans le MotoGP actuel, il est très difficile de rattraper et de gagner beaucoup de positions, alors il est clair qu'il va perdre des points par rapport à certains pilotes."