Audi quittera le DTM au terme de la saison 2020

Jamie Klein
motorsport.com

Audi a annoncé ce lundi son retrait du DTM au terme de la saison 2020 pour deux raisons distinctes. La première est la volonté de représenter en sport la transition vers l'électrique qu'effectue la marque dans l'industrie automobile, via son programme en Formule E, et la seconde est de pouvoir couper les dépenses pour surmonter la crise qui accompagne le COVID-19. Cette décision était redoutée, puisque le groupe Volkswagen a interrompu tous ses programmes non électriques en compétition l'an dernier.

"Audi a façonné le DTM et le DTM a façonné Audi", a commenté Markus Duesmann, président du Conseil d'administration de la marque. "Cela démontre la puissance du sport automobile, technologiquement et émotionnellement. Avec cette énergie, nous allons mener notre transformation pour apporter une évolution durable vers la mobilité électrique. La Formule E offre une plateforme attractive pour cela."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Volkswagen cesse son soutien aux programmes avec moteurs à combustion

Le départ d'Audi ne laisse que BMW comme constructeur engagé dans le championnat pour 2021, puisque Mercedes s'est retiré il y a plusieurs années et qu'Aston Martin, apparu brièvement l'an dernier, n'a pas prolongé son engagement. Le défi sera donc de faire survivre une discipline dont l'ADN repose sur une lutte entre manufacturiers, mais avec une seule marque.

Le plateau de la saison 2020 doit comporter 16 voitures, mais comme tous les championnats, le DTM est en attente d'une potentielle reprise face à la crise du COVID-19. Sur les 16 voitures, il y aura neuf Audi, dont trois engagées par l'équipe WRT. Gerhard Berger, directeur du DTM, a commenté ce départ et annoncé qu'il "regrette profondément la décision d'Audi de se retirer", tout en assurant "respecter la position du Conseil d'administration". L'Autrichien a parlé d'un "jour difficile pour le sport automobile en Allemagne et en Europe".

Désormais, le DTM fait face à une situation qui ne lui est pas inconnue, puisqu'il avait déjà vécu un effondrement en 1996. Devenu l'ITC pour essayer de se mondialiser, l'explosion des coûts avait contraint son arrêt, avant qu'il ne revienne en 2000 grâce à Opel et Mercedes. Audi était déjà présent en 2000 et a poursuivi son programme au fil des années avec le TT, l'A4, l'A5 et la RS5. Désormais, Berger sait que sa discipline va devoir se réinventer et ne manque pas d'exprimer son amertume envers la marque aux anneaux.

"Compte tenu de notre association commune et des difficultés particulières auxquelles nous faisons tous face durant la pandémie de COVID-19, nous aurions espéré une approche plus unie. Cette décision aggrave la situation, et l'avenir du DTM dépend maintenant de la manière dont nos partenaires et sponsors réagiront à cette décision. Néanmoins, j'espère qu'Audi effectuera sa sortie prévue de manière propre, responsable, et en partenariat total avec ITR."

L'Autrichien avoue que la priorité est d'essayer de faire survivre son championnat, et surtout de pouvoir offrir une visibilité sur le futur des personnes et entreprises impliquées dans le DTM : "Dès que possible, je veux créer une sécurité pour nos équipes et sponsors impliqués, et pour tous ceux dont l'emploi dépend du DTM."

À lire aussi