Audrey Cordon-Ragot sur le parcours du Tour de France 2023 : « Nous allons commencer à écrire notre histoire au Tourmalet »

Audrey Cordon-Ragot lors du Tour 2022. (B. Papon/L'Équipe)

L'annonce du parcours du Tour de France femmes, avec une arrivée au sommet du Tourmalet et un chrono en point final, a aiguisé les appétits des cyclistes françaises.

Les cyclistes ont accueilli avec enthousiasme, jeudi, ce parcours du Tour femmes, avec notamment l'avant-dernière étape qui devrait décider du sort de l'épreuve. Évita Muzic (FDJ Suez-Futuroscope), 8e du Tour cette saison, jugeait que « l'enchaînement Aspin-Tourmalet la veille de l'arrivée sera très difficile. Quatre-vingt-dix kilomètres, sur le papier, ce n'est pas très long mais quand on voit le dénivelé, ce sera une grosse journée. J'ai hâte d'y être. C'est sur cette étape-là que la décision pour le Maillot Jaune se fera ». Juliette Labous (DSM), 4e du Tour : « Un contre-la-montre sur le Tour (le dernier jour), c'est quelque chose que j'apprécie. Je suis contente également de l'étape de Rodez (le vendredi, à la veille de l'étape du Tourmalet), avec des enchaînements difficiles, car c'est ce qui me correspond. Je préfère quand c'est dur avant les étapes importantes. Il faudra être attentive jusqu'à ce week-end-là mais je pense que c'est bien pour moi. »


lire aussi

Le parcours du Tour femmes 2023

Audrey Cordon-Ragot (Trek-Segafredo) juge que l'avant-dernière étape est « un enchaînement de cols mythiques - même si personnellement, ça ne m'arrange pas de faire 90 km pour 3 500 m de dénivelé - mais sur le papier c'est très bien pour nous, pour l'image du cyclisme féminin. Ce sont beaucoup d'histoires qui ont été écrites dans ce col du Tourmalet et c'est nous qui allons commencer à écrire notre histoire l'année prochaine ». La sextuple championne de France du chrono vise davantage l'ultime étape, un chrono de 22 km (Pau-Pau) : « Le plan sera de monter tranquillement le Tourmalet, de rentrer dans les délais pour faire un super chrono le lendemain. C'est certain que ce chrono me ravit, c'est ce qui manquait au Tour l'année dernière. »


Marion Rousse : « Il y en aura pour tous les goûts »