Pour Aulas,"une demi-finale, c'est beaucoup plus fort qu'un podium"

Julien Pallucci

Au micro de la presse, Jean-Michel Aulas a jugé le parcours de l'Olympique lyonnais en Europa League plus important que le classement de Ligue 1.

Ce mercredi, l'Olympique lyonnais va vivre l'une des rencontres européennes les plus importantes de son histoire. Face à l'Ajax Amsterdam, les hommes de Bruno Génésio vont en effet disputer la demi-finale aller d'Europa League, sur la pelouse hollandaise. Une fierté pour Jean-Michel Aulas, qui est longuement revenu sur le parcours de ses protégés en coupe d'Europe, avant d'évoquer la progression des clubs français sur la scène du Vieux Continent. Morceaux choisis.

"​Le parcours de Monaco et de Lyon  montre que malgré l’échec du PSG contre Barcelone, qui est un accident, parce que je crois que cette année le PSG était plus fort que Barcelone, le football français est en train de se réveiller. Donc on participe à une aventure qui n’est pas uniquement lyonnaise. C’est une aventure française. Avec l’arrivée d’investisseurs dans les clubs, avec la construction de stades grâce à l’Euro 2016. Et donc on est là pour, non seulement faire preuve d’ambition au niveau de l’OL, mais aussi pour ramener la France dans les quatre premières nations au ranking UEFA.

Et cette Europa League, pour moi en tous cas, c’est beaucoup plus fort qu'un bon podium. Ça n’a pas de comparaison. Surtout que bon, le podium est bien habité cette année. Mais sur le plan de la référence, de l’histoire, c’est quelque chose qui n’est pas comparable. C’est peut-être la raison pour laquelle, à partir du moment où on s’est accrochés à cette Europa League, on n’a peut-être pas, inconsciemment, été aussi performants dans tous les matchs de championnat".

L'OL écrit son histoire


"C’est rare d’être dans une demi-finale d’Europa League, de Champions League. Donc on apprécie bien sûr cet événement pour le club. On sait que l’équipe féminine vient de se qualifier pour sa sixième finale de Champions League. Donc c’est un bilan qui est flatteur. Mais on sait aussi que ça ne doit être qu’une étape. Parce que quand on a fait tout ce qu’il fallait pour arriver en demi-finale, on a qu’une envie, c’est de ne pas être ridicules, et de pouvoir passer à l’étape finale.

C’est une histoire qu’on s’est écrite ensemble, à un moment où les choses étaient plus difficiles. On a essayé de regrouper un peu toutes les énergies à un moment où on était un peu tancés sur les résultats. Et le fait de pouvoir imaginer qu’on aille, et en demi-finale et peut-être plus loin dans un contexte difficile, ça crée des ambitions mais aussi des obligations. C’est une institution OL qui est extrêmement soudée, combative et ambitieuse, qui vient ici pour essayer de franchir une étape des temps modernes. Et si on devait rester scotchés ici en demi-finale, on serait évidemment déçus".

​​

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages