Aulas: "A deux doigts que le match soit annulé"

Le président de l'Olympique lyonnais s'est exprimé après les incidents qui ont émaillé OL-Besiktas, entre émotion et colère.

Jean-Michel Aulas, quel est votre sentiment sur l'envahissement du terrain?

Il y avait vraiment avec ces engins de feu, des blessures sévères et un certain nombre de bombes agricoles qui ont explosé au dessus de la tête de nos fans qui n'avaient qu'une possibilité, celle de fuir sur le terrain. J'entendais dire par certains "comment un terrain peut être envahi?". Et bien heureusement, s'il n'avait pas pu être envahi, ils auraient été pris au piège par les supporters turcs qui sont entrés en force et certains étaient sans billet. Cela a été une expérience très difficile et je pense que c'était à moi de prendre la responsabilité d'aller vers la tribune sud sinon nous n'aurions pas pu jouer car nos supporters étaient très en colère vis à vis de leurs homologues turcs.

Comment se fait-il qu'il y avait autant de supporters turcs?

Selon la loi française, à partir du moment où l'on met en place une billetterie digitale, nous n'avons pas le droit de faire du refus de vente. Nous avons simplement fait en sorte qu'il n'y ait pas de vente à l'étranger. Mais ils se sont très bien organisés. Il y a une colonie turque très importante en France avec des centaines de milliers de représentants. Ils ont pu récupérer plus de billets que nous ne l'imaginions. Il y a eu aussi l'arrivée d'Allemagne de supporters turcs qui n'auraient jamais dû être là. Nous les avions bloqués car certains sont interdits...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages