Auto - Extra - Nouveau Nissan Qashqai : l'e-Power au pouvoir

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Nissan entame une révolution. La troisième génération de son SUV vedette, le Qashqai, abandonne le diesel pour une machine électrique dont les batteries sont alimentées par un moteur à essence. L'e-Power fait beaucoup d'adeptes au Japon et débarque en Europe.

Le Nissan Qashqai n'a jamais vraiment rien fait comme les autres. En 2007, sa première génération avait déjà bousculé les codes bien établis de l'automobile familiale avec ce nom étrange mais aussi une carrosserie aux proportions inhabituelles. Le croquignolet Japonais n'était pas un break car plus haut ; pas un monospace car de forme distincte ; pas un 4x4 car le plus souvent à deux roues motrices.

En 2014, alors que le monospace et la berline traditionnelle sont boudés au profit du SUV, le format de la seconde génération de Qashqai rentre (un peu) plus dans le rang. Il faut dire que la concurrence s'était organisée, avec dix-sept propositions dans la catégorie !

Aujourd'hui, le Qashqai figure parmi les leaders avec trois millions d'exemplaires écoulés en Europe. En France, c'est aussi un carton : avec 300 000 immatriculations, il est le premier véhicule importé. Son remplaçant n'a pas intérêt à se tromper... Le Nissan Qashqai change tout.

D'abord, soigner l'enveloppe
Renouveler un best-seller est un exercice délicat. Il s'agit de faire progresser la voiture tout en gardant ce qui a fait son succès et sans rendre instantanément obsolète le modèle qui sera remplacé. Dans les bureaux d'études de Nissan, au Japon, on a souvent dû se gratter la tête pour résoudre cette équation. Mais le résultat est au rendez-vous : sans être d'une truculence extrême, le Qashqai 3 se modernise, tout en conservant une filiation stylistique avec son prédécesseur.

Son gabarit évolue légèrement : 3,5 cm de plus en longueur (4,42 m), 1 cm de mieux en hauteur (1,63 m) et 3,2 cm de plus en largeur (1,84 m). Il monte également en gamme avec des grandes jantes de 19 pouces, une peinture biton et des feux dit « intelligents », qui modulent leur pinceau lumineux en fonction de l'environnement.

Comme nombre de ses contemporains, le nouveau Qashqai propose des équipements high-tech. Son cockpit numérique de 12,3 pouces, son grand écran central tactile de 9 pouces, son chargeur par induction pour téléphone portable ou sa connectivité Apple CarPlay et Android Auto sans fil en sont les meilleurs exemples. Il arbore aussi un affichage tête haute sur le pare-brise de 10,8 pouces, annoncé comme le plus large du marché.

À cet intérieur très technologique s'ajoute une habitabilité améliorée, que nous avons pu vérifier à l'occasion d'une présentation physique du véhicule, ainsi qu'un accès à l'arrière aidé par des portes « grand angle » (ouverture à 85°) que les familles avec enfants apprécieront. À bord, la crête de votre adolescent en pleine crise punk sera préservée et votre vieil oncle ventripotent restera à son aise. Enfin, le volume de coffre progresse sensiblement pour dépasser les 500 litres (contre 430 litres pour le modèle actuel).

Ensuite, bannir le diesel
En juin, lors du lancement du nouveau Qashqai, on trouvera sous son capot deux motorisations basées sur un bloc essence de 1,3 litre à quatre cylindres. 140 chevaux pour le modèle de base, et une version à 158 chevaux, également disponible avec une transmission intégrale et une boîte automatique X-Tronic (à variateur).

Dans les deux cas, l'attelage est mild-hybride, c'est-à-dire doté d'un dispositif composé d'une batterie additionnelle et d'un alterno-démarreur. Cela permet de disposer d'un petit plus de couple « électrique » et d'une coupure moteur plus longue lorsque la voiture est arrêtée.

Nissan annonce pouvoir ainsi contenir la consommation de carburant et donc réduire les émissions de CO2 de 4 g/km. Compte tenu de l'évolution perpétuelle des grilles de malus, ça compte ! Beaucoup d'autres constructeurs choisissent plus volontiers une batterie de 48V pour ce même genre de technologie mais Nissan justifie son choix par un travail important réalisé sur le poids de la voiture (moins 63 kg), grâce à l'emploi d'aluminium et de matériaux composites. La vraie différence se fera depuis le volant et à la pompe.

Enfin, introduire la révolution e-Power !
La plus grande nouveauté du Qashqai est sa future technologie e-Power. Selon le constructeur japonais, elle permet de profiter de l'usage et des sensations de conduite d'une voiture électrique, sans avoir besoin de la brancher pour recharger ses batteries.

Comment ça marche ? Lorsque les cellules qui alimentent le moteur électrique de 140 kW (190 chevaux) sont vides, une motorisation thermique embarquée (1,5 litre) démarre et produit de l'énergie pour les recharger. Seule la machine électrique est reliée aux roues avant, ce qui permet au moteur à essence de tourner à régime constant et uniquement lorsqu'il y en a besoin.

Ce procédé d'autonomie étendue avait déjà été utilisé par Chevrolet et Opel il y a une dizaine d'années, puis plus récemment par BMW (pour les i8 et i3). Nissan le remet au goût du jour avec un attelage qui va plus loin sur le plan technique. D'autres constructeurs s'intéressent d'ailleurs au sujet : Audi engagera une auto dotée d'un système similaire lors du prochain rallye-raid Dakar, en janvier 2022.

lire aussi
Toute l'actu sportive auto-moto

Ce genre d'approche permet de bénéficier d'un couple 100 % électrique maximal dès le démarrage, d'un frein moteur important permettant de conduire en utilisant moins les freins (à l'identique de la fonction e-Pedal unique, présente sur la Nissan Leaf) et de rouler dans une voiture qui sera le plus souvent silencieuse. Il faudra juste supporter le bruit du moteur thermique durant les phases de recharge, dont la fréquence de démarrage va dépendre de l'utilisation de la voiture et de la capacité des batteries (que Nissan n'a pas encore dévoilée).

Le constructeur japonais n'a pas non plus communiqué les chiffres de consommation et de rejets de CO2 de son dispositif, mais ils seront logiquement inférieurs à ceux des versions mild-hybrides. Au Japon, cette technologie existe déjà depuis trois ans sur les deux best-sellers de Nissan : la citadine Note et le monospace compact Serena. Elle représente 70 % des ventes et le gain en consommation est estimé à 30 % par rapport à la version thermique équivalente.