Auto - Indycar - Cinq choses à savoir sur la saison 2021 d'Indycar

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

La saison 2021 d'Indycar débute ce week-end à Barber (Alabama) avec trois Frenchies en lice, un plateau alléchant, emmené par le champion Scott Dixon, et un calendrier toujours varié où les 500 Miles d'Indianapolis restent le point d'orgue, le 30 mai. Avec trois Frenchies en lice Le retour de Sébastien Bourdais (AJ Foyt) pour les trois dernières courses de 2020 et un programme complet en 2021 puis l'arrivée de Romain Grosjean (Dale Coyne) sur toutes les épreuves en ville et sur circuit routier portent à trois le nombre de Français engagés en ce début de saison. Simon Pagenaud est, lui, toujours fidèle au poste pour sa septième saison au sein du Team Penske. lire aussi Pagenaud : « Être devenu un taulier de l'IndyCar, c'est une fierté » Ce dernier est, sur le papier, celui des trois qui a le plus de chances de se battre pour le titre puisque Grosjean manquera quatre épreuves sur ovale (dont les 500 miles d'Indianapolis où les points sont doublés) et que Bourdais s'attachera surtout à faire remonter l'écurie d'AJ Foyt à l'avant de la grille où elle n'est plus beaucoup apparue depuis quelques années. À noter que ce n'est pas la première fois que trois Français débutent une saison Indycar : en 2013, Bourdais et Pagenaud étaient accompagnés de Tristan Vautier, qui était le coéquipier du Poitevin chez Schmidt-Peterson. Grosjean, Johnson, McLaughlin, drôles de rookies ! Il n'y aura que trois « rookies » cette saison mais ils n'ont rien de débutants. Outre Grosjean qui arrive avec ses 179 Grands Prix de F1 (dont 10 terminés sur le podium), Jimmie Johnson (Chip Ganassi) et Scott McLaughlin (Penske) arrivent avec un sacré bagage. lire aussi Nouveau départ pour Grosjean Le premier, âgé de quarante-cinq ans, est une légende du sport automobile américain puisqu'il compte sept titres en Nascar et deux victoires aux mythiques 500 Miles de Daytona. Comme Grosjean, il ne participera pas aux épreuves sur ovale. Quant à McLaughlin, il a remporté les trois derniers titres dans le Championnat Supercars australien (avec le DJR Team Penske) avant que la mythique écurie américaine ne décide de monter une quatrième voiture pour 2021 avec lui au volant.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Encore Dixon et Newgarden aux avant-postes ? Les quatre derniers titres ont été enlevés par un duo : Scott Dixon (Chip Ganassi), champion en 2020 (son 6e titre) après un exceptionnel début de saison ainsi qu'en 2018, et Josef Newgarden (Penske), titré en 2017 et 2019. Les deux hommes ont d'ailleurs occupé les deux premières places du classement la saison passée. lire aussi O'Ward en pole à Barber, Grosjean 7e Plus généralement, il faut remonter à 2012 pour trouver un champion n'évoluant pas dans une de ces deux écuries. Il faudra donc suivre aussi Marcus Ericsson et la recrue Alex Palou chez Chip Ganassi ainsi que Will Power, Pagenaud et pourquoi pas McLaughlin côté Penske. Andretti, à la peine depuis deux ans, tentera de se relancer avec Alexander Rossi et Colton Herta en têtes d'affiche. Un calendrier de moins en moins ovale Depuis la réunion du Champ Car et de l'Indy Racing League en 2008, c'est la première fois qu'il y aura aussi peu de courses sur ovale : quatre programmées pour l'instant avec deux épreuves au Texas, les 500 Miles d'Indianapolis (30 mai) et le petit ovale de Gateway (à côté de St. Louis) en août. Après Pocono en 2020, c'est Iowa qui a disparu du calendrier alors que Richmond, prévu puis annulé l'an dernier, n'est pas réapparu cette année. Outre ces quatre courses sur ovale, il y a au programme six épreuves en ville et sept sur des circuits routiers, à commencer par ce week-end à Barber en Alabama. Fait inédit, le final de la saison aura lieu à Long Beach (habituellement couru au printemps) clôturant une série de trois épreuves sur la côte Ouest après Portland et Laguna Seca. lire aussi L'actu de l'Indycar Quel public pour les 500 Miles d'Indianapolis ? Déplacés de mai à août l'an dernier et privés de public, les 500 Miles d'Indianapolis resteront, sauf catastrophe sanitaire dans l'Indiana, à leur date habituelle (le 30 mai cette année) et des spectateurs seront bien accueillis dans l'enceinte de l'IMS. Combien ? La décision devrait être prise d'ici deux à trois semaines selon le gouverneur de l'état qui a rendu visite à l'Indycar la semaine dernière lors des journées d'essais sur l'ovale de quatre kilomètres. Au niveau sportif, le plateau sera extrêmement relevé avec pas moins de neuf anciens vainqueurs en lice et des pigistes de luxe comme Juan Pablo Montoya chez McLaren SP, Tony Kanaan chez Chip Ganassi, Helio Castroneves (Meyer Shank Racing) ou encore Marco Andretti (poleman l'an dernier) dans l'écurie dirigée par son père, Michael. Santino Ferrucci (Rahal Letterman Lanigan), Conor Daly (Ed Carpenter) ou encore Simona De Silvestro (Paretta, équipe détenue par une femme, Beth Paretta) feront partie des autres concurrents qui chercheront à se faire une place sur la grille de départ limitée à trente-trois.