Auto - IndyCar - Romain Grosjean après sa pole au GP d'Indianapolis : « C'est comme être à nouveau vivant »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·5 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dès sa troisième course IndyCar, Romain Grosjean a signé la pole position, sur le circuit routier d'Indianapolis. En lice pour la victoire samedi soir, il dit trouver les émotions qu'il était venu chercher outre-Atlantique. Pour ce qui sera seulement son troisième départ en Indycar, Romain Grosjean s'élancera en pole position après avoir réalisé le meilleur temps sur le tracé routier d'Indianapolis à l'occasion du GP d'Indy. Une première pour lui depuis dix ans (en Turquie en GP2 à l'époque). Une première pour son équipe, le Dale Coyne Racing, depuis 2018. Au départ (lancé, à 20h30, heure française sur Canal+ Sport), il devancera Josef Newgarden (Penske) et Jack Harvey (Meyer Shank). Les autres Frenchies s'élanceront un peu plus loin : Simon Pagenaud (Penske), dixième, et Sébastien Bourdais (AJ Foyt), 20e. « Vous voici une nouvelle fois en pole position dix ans après celle réalisée en Turquie en GP2...
C'était il y a longtemps. C'est un super feeling. Pour moi, c'est vraiment spécial de courir ici. J'ai piloté sur certains des circuits le plus célèbres du monde mais quand je suis arrivé à Indianapolis pour la première fois, j'ai réalisé l'atmosphère ici, les tribunes, tout ce qu'il se passe, l'histoire de l'endroit. Sur la qualification, le premier round n'était pas si bon que ça. On a fait mieux au deuxième. Pour le Fast 6 (l'équivalent de Q3 mais avec seulement six pilotes en lice pour la pole), j'ai fait une erreur dans ma première tentative. La seconde était vraiment bonne, je me suis dit que ça pouvait le faire. Et ça l'a fait ! Qu'est-ce que cela vous fait d'être à nouveau compétitif, en position de gagner ?
C'est comme être à nouveau vivant ! Beaucoup de gens m'ont demandé comment je me sentais de voir les premières courses de Formule 1 cette saison. Mais je l'ai dit, ce chapitre est clos. Je veux faire autre chose et ici, je trouve ce que je cherchais. J'adore l'ambiance entre les pilotes, les circuits, les voitures sont sympas à conduire. Donc on peut faire de bons trucs. Avoir des papillons dans le ventre quand on démarre le week-end parce qu'on sait qu'on peut faire la pole ou gagner si on fait tout bien, c'est vraiment une sensation que je n'avais plus connue depuis des années. Je suis vraiment heureux. Au niveau familial, c'est un peu difficile cette année parce que je suis souvent loin. On savait que ça arriverait cette année avant qu'on décide quoi faire dans le futur. Mais je suis plus heureux aujourd'hui que je ne l'ai été depuis longtemps. Que vous inspire ce tracé routier d'Indianapolis ?
De tous les circuits que j'ai pratiqués aux Etats-Unis jusque-là, c'est celui qui m'est apparu le plus familier. On sent bien qu'il a été construit pour la Formule 1 vu la façon dont les courbes, le tracé est fait. Je savais que ça irait ici alors qu'à St Pete, (un circuit en ville), ça demande un peu plus de temps pour apprendre la piste. Barber, il y a quelques trucs que vous devez comprendre aussi alors qu'ici, c'est plus direct. « Firestone fait un travail incroyable sur les pneus. J'apprécie énormément cet aspect depuis que je suis arrivé en Indycar, la façon dont on peut attaquer, glisser et récupérer les choses » Petit point technique, vous avez précisé avoir utilisé pour la première fois des pneus rouges (les plus tendres) qui avaient déjà un tour d'utilisation. Se sont-ils comportés comme vous l'attendiez ?
Si je suis vraiment honnête, Firestone fait un travail incroyable sur les pneus. J'apprécie énormément cet aspect depuis que je suis arrivé en Indycar, la façon dont on peut attaquer, glisser et récupérer les choses. Je pense qu'on est plus rapides sur un pneu légèrement utilisé que neuf, ce qui montre à quel point les gommes sont bonnes. Si on est capables de faire un bon tour, l'équilibre est là et c'est vraiment bien. Ce sera votre premier départ lancé. Comment l'envisagez-vous ?
Ils sont différents des restarts en F1 (où les voitures sont sur une seule ligne au lieu de deux au départ en Indycar). Mais j'en ai vu quelques-uns et j'ai une petite idée de quoi faire. Je vais juste relire le règlement sur ce point une fois avant de m'endormir. Je pense que ça devrait aller. Au niveau personnel, le changement de date du Grand Prix de France ne vous permettra pas de piloter la Formule 1 de Mercedes devant votre public. Cela change-t-il quelque chose pour le test ?
La démonstration publique est annulée mais la journée de test prévue le 29 juin est toujours programmée. Ce sera une journée entière dans la Mercedes, ce qui est énorme même si ce ne sera pas devant mon public. Mais je vais être un peu égoïste sur le coup parce que j'ai devant moi les clés pour passer une journée dans cette voiture et me régaler de faire une fois de plus ce qui a été mon métier pendant 10 ans. Et je sais à quel point ça doit être bon de conduire cette voiture. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

lire aussi Romain Grosjean, Sébastien Bourdais et Simon Pagenaud, la French Connection de l'IndyCar

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles