Auto/Moto - La folle année des sports mécaniques français en images

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Nombreux sont les pilotes français à avoir brillé lors de cette année si particulière. Retour en images sur tout ce qui a marqué les sports mécaniques français en 2020.

Vainqueur de son premier Grand Prix en MotoGP à Jerez le 19 juillet, une première dans la catégorie reine pour un Français depuis 1999, Fabio Quartararo a également gagné le GP d'Andalousie le week-end suivant, et celui de Catalogne fin septembre. Ses performances l'ont placé un temps en tête du Championnat, mais une mauvaise fin de saison l'a fait tomber au 8e rang final.

Le 6 septembre à Monza, Pierre Gasly est devenu le premier Français vainqueur d'un GP de F1 depuis Olivier Panis à Monaco en 1996. Un exploit retentissant pour le pilote AlphaTauri, obtenu certes dans des circonstances favorables. Mais la saison du Normand dans l'écurie italienne a été remarquable, avec 10 top 10 et la 10e place du Championnat.

Mis sur la touche en 2019, Esteban Ocon est revenu en F1 cette saison chez Renault. S'il a souffert de la comparaison avec son coéquipier Daniel Ricciardo tout au long de l'année, il a aussi réussi à signer son premier podium en F1, lors du très atypique Grand Prix de Sakhir. Cette performance sauve sa saison, conclue à la 12e place.

Encore condamné au fond de la grille au volant d'une Haas apathique, Romain Grosjean a pourtant marqué la saison par son terrifiant accident à Bahreïn. Le pilote français s'extirpant de sa monoplace en flammes restera l'image la plus marquante de l'année. Heureusement, il s'en est sorti avec seulement quelques légères blessures. Malheureusement, il a conclu sa carrière en F1 sur ce drame.

Au terme d'une saison fortement perturbée par le Covid-19, avec seulement sept rallyes, Sébastien Ogier et son copilote Julien Ingrassia ont réussi à décrocher leur septième titre en WRC. Le Français, pour sa première année chez Toyota, a remporté deux manches (Mexique et Monza), sortant vainqueur de son duel avec Elfyn Evans.

À seulement 17 ans, Théo Pourchaire a fini deuxième du Championnat de F3, à trois points seulement du champion Oscar Piastri. Avec l'écurie française ART, il a signé deux victoires et huit podiums, et gagné le droit de monter de catégorie. Il a disputé les quatre dernières courses de la saison de F2 avec BWT.

Cinquième en 2018, deuxième en 2019, Victor Martins, 19 ans, a décroché le titre en Formule Renault Eurocup cette année. Avec dix poles et sept victoires, le pilote ART, qui a commencé le karting à 12 ans seulement, a dominé les débats. On devrait le voir en F3 la saison prochaine.

En novembre sur le circuit d'Aragon, Yann Ehrlacher, neveu d'Yvan Muller, est devenu le plus jeune champion de WTCR, à 24 ans (trois victoires et une pole en 16 courses). Son oncle, et coéquipier dans l'écurie Cyan Racing-Lynk & co, a terminé deuxième, et Jean-Karl Vernay troisième. Un triplé français jamais vu.

La sixième saison de Formule E, marquée par l'annulation de sept ePrix, a été largement dominée par l'écurie franco-chinoise DS Techeetah. Ses deux pilotes, Antonio Felix da Costa et Jean-Eric Vergne, ont fini 1er et 3e du Championnat, et l'équipe a remporté le titre avec 77 points d'avance sur Nissan e.dams.

Commencée à huis clos, la saison de MotoGP s'est conclue devant le public. Ainsi, le Grand Prix de France, organisé le 11 octobre, a eu le droit d'accueillir du public. Cinq mille personnes ont ainsi garni les tribunes du circuit Bugatti. L'ambiance n'était évidemment pas la même que d'habitude, mais c'était déjà une petite victoire sur la pandémie.

En revanche, les organisateurs des 24 Heures du Mans ont dû se résoudre à disputer l'épreuve à huis clos. Un crève-coeur pour l'ACO et les fans de l'épreuve d'endurance, qui viennent en nombre, autour de 250 000 personnes, chaque année. C'est donc devant des tribunes vides que la Toyota n°7 (Buemi - Hartley - Nakajima) s'est imposée.

Seulement cinq rallyes ont pu avoir lieu en ERC cette saison, et le dernier a été marqué par un doublé français. Adrien Fourmaux, 25 ans, a signé sa première grande victoire internationale, au volant de sa Ford Fiesta Rally2. Il a devancé un pilote bien plus expérimenté, Yoann Bonato (37 ans), battu de 25" avec sa Citroën C3 R5.