Auto - WEC - CHN - Sébastien Buemi (Toyota n°8) : « C'est vraiment extrême »

L'Equipe.fr
L’Equipe

À cause du Handicap Success imposé ce week-end aux Toyota lors des 4 Heures Shanghai, épreuve du Championnat du monde d'endurance (WEC), les pilotes de l'équipe japonaise s'attendent à souffrir en piste. Vendredi, les deux premières séances d'essais libres des 4 heures de Shanghai ont marqué un tournant dans l'histoire du WEC puisque les Toyota n'ont pas fini au sommet de la feuille de temps, une première depuis qu'elles sont les seules LMP1 hybrides en piste. Ce sont donc les Rebellion et les Ginetta qui en ont profité pour se montrer. La raison de ce bouleversement dans la hiérarchie ? Le Handicap Success, mis en place cette saison, qui provoque un ralentissement supposé de 2"740 au tour pour les protos japonaises, contre entre 0"7 et 0"9 pour leurs rivales non hybrides. Sébastien Buemi « Nous avons même du mal à doubler des GT » Dans ces conditions, les pilotes Toyota ne s'imaginent pas en pole, et encore moins vainqueurs en Chine. « La course va durer quatre heures et il peut se passer des choses, mais en rythme pur, nous n'avons aucune chance de nous battre pour la victoire, a ainsi commenté Sébastien Buemi, pilote de la n°8 avec Kazuki Nakajima et Brendon Hartley. Nous allons sans doute être quatrième ou cinquième sur la grille, et ensuite on va essayer de se battre, mais... Ça va être difficile de lutter car ils ont tellement réduit la puissance et le boost que nous avons même du mal à doubler des GT. C'est vraiment extrême. » « Nous allons devoir nous battre ce week-end, a confirmé Mike Conwy, coéquipier de Kamui Kobayashi et Jose Maria Lopez sur la n°7. C'est difficile de dépasser les LMP2 et nous ne sommes pas certains de pouvoir nous battre avec les LMP1 non hybrides. Nous savions en arrivant que ce serait un défi, et ça se confirme en piste. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi