Auto - WEC/IMSA - Le règlement du LMDh a été présenté

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'ACO et l'IMSA ont présenté jeudi les éléments techniques du LMDh, nouvelle réglementation qui permettra la convergence des deux Championnats. Reportée à cause de la pandémie de Covid-19, la présentation officielle des principes techniques qui vont régir la nouvelle catégorie d'endurance LMDh a eu lieu ce jeudi, dans un communiqué commun de l'ACO (Automobile Club de l'Ouest) et de l'IMSA. Les constructeurs ont eux reçu les règlements du LMDh la semaine dernière « Présentée officiellement à Daytona en janvier dernier, la convergence ACO-IMSA entame aujourd'hui une importante phase de concrétisation : nous dévoilons les détails techniques, simples, de cette nouvelle catégorie LMDh, qui va permettre de pouvoir courir en Championnat du Monde d'Endurance de la FIA et en WeatherTech Sportscar Championship, sans aucune modification de voiture, explique le président de l'ACO Pierre Fillon. Le rêve de nombreux constructeurs se réalise enfin. Le Mans Daytona h et Le Mans Hypercar (LMH) incarneront la classe reine de l'Endurance. Il s'agit d'un moment historique et déterminant pour le futur de notre discipline. » « Ce règlement complet et détaillé résulte d'un travail intense mené durant plusieurs mois en collaboration entre les départements techniques de l'ACO et de l'IMSA, ainsi qu'avec une douzaine de constructeurs automobiles et les quatre fabricants de châssis retenus (Dallara, Ligier, Multimatic et Oreca) », précise le communiqué commun. Voici les principes fondateurs de la plateforme LMDh : - LMDh est une voiture commune créée par ACO-IMSA, pouvant courir en FIA WEC et en IMSA
- LMDh est une voiture au coût plafonné. Cette voiture aura l'ossature de la future génération de LMP2 (ossature d'une voiture = voiture complète sans la carrosserie, le moteur et le système hybride)
- Seuls les constructeurs automobiles (associés avec l'un des 4 fabricants de châssis retenus) pourront homologuer une LMDh Les voitures présenteront ces caractéristiques : - Une carrosserie stylisée et identifiée au nom d'un constructeur
- Un moteur badgé au nom d'un constructeur
- Un seul système hybride commun sur l'essieu arrière
- Une homologation pour une période minimum de 5 ans Les bases de ce règlement commun pour régir la nouvelle catégorie LMDh s'appuient sur les points suivants : - Poids mini 1030 kg
- 500 kW de puissance totale combinant celle du moteur à combustion interne et celle du système hybride
- Une seule version de carrosserie, avec des performances aérodynamiques identiques
- Manufacturier de pneus unique (Michelin)
- BOP (balance de performance) pour équilibrer les performances entre LMDh et LMH. « L'objectif est le suivant, poursuit le communiqué : la catégorie reine du WEC, avec les 24 Heures du Mans comme épreuve phare, intégrera Le Mans Daytona h et Le Mans Hypercar, en s'assurant que la convergence amène les deux réglementations à des niveaux de performances identiques. D'ici là, IMSA, avec les 24 Heures de Daytona en premier événement, accueillera les LMDh, tout en restant ouvert à la participation des LMH, une fois validées leurs performances sur les circuits IMSA. L'introduction en course des LMDh est prévue pour la saison 2022, tant pour l'ACO que l'IMSA. Les règlements définitifs devraient être présentés pendant ou avant les 24 Heures du Mans en septembre 2020. » Porsche confirme son intérêt Par la voix de Fritz Enzinger, le vice-président de Porsche Motorsport, le constructeur allemand a confirmé jeudi son intérêt pour le LMDh : « L'ACO et l'IMSA ont répondu à nos attentes. Il sera possible de courir pour la victoire au classement général avec une seule voiture sur les plus grandes courses d'endurance. Nous démarrons maintenant notre étude de concept commandée par notre comité de direction. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi