Auto - WEC - Le WEC 2021 clôt sa saison à Bahreïn

·3 min de lecture

Les 8 heures de Bahreïn, samedi (départ à midi en direct sur la Chaîne L'Équipe), marqueront la fin de la première saison d'endurance avec les hypercar. Lopez-Conway-Kobayashi sont les mieux placés pour le titre pilotes sur la Toyota. La finale du Championnat du monde d'endurance WEC 2021 déterminera, samedi à l'arrivée des 8 heures de Bahreïn (départ à midi, heure française. En direct sur la chaîne L'Équipe), le titre mondial des pilotes entre les deux équipages des nouvelles Toyota GR010 Hybrid hypercar : soit la n°7 pilotée par les champions du monde sortants et vainqueurs des 24 heures du Mans, cette année, Lopez, Conway et Kobayashi, soit la n°8 confiée à Buemi, Hartley et Nakajima qui a annoncé sa retraite du volant en endurance après trois succès aux 24 heures du Mans (2018, 2019 et 2020) et un titre mondial avec Toyota (2018-2019). L'avantage va nettement aux pilotes de la Toyota n°7 qui, après leur pole position, vendredi, possèdent seize points d'avance sur la voiture-soeur. Le point supplémentaire attribué aux auteurs de la pole position pourrait d'ailleurs se révéler capital car avec le coefficient multiplicateur de 1,5 appliqué aux courses de 8 heures (38 points au 1er, 27 au 2e et 23 au 3e), même une troisième place derrière la Toyota n°8 et l'Alpine A480 de Lapierre-Vaxivière-Negrao permettrait à Lopez-Conway-Kobayashi de conserver le titre mondial. Or, seul un sérieux incident de course ou une panne mécanique pourrait les en priver car à la régulière, une LMP2 ne pourra pas s'inviter sur le podium des hypercars. Alpine veut être « créative »
Quant à la victoire au classement général, il faudrait, là encore, un aléa retardant les deux Toyota pour que l'Alpine ex-LMP1 s'impose : la voiture française a concédé presque une seconde de retard sur un tour (0''775) à la Toyota, qui en plus, pourrait boucler quatre à cinq tours supplémentaires par relais entre chaque ravitaillement. « Mais comparativement à la semaine passée, espérait Philippe Sinault, le patron du team Alpine-Signatech, l'épreuve durera huit heures au lieu de six : cela nous laissera un peu plus de marge pour une stratégie de course un peu créative si l'on veut inquiéter les Toyota. »


En LMP2, la lutte s'annonce plus serrée entre l'Oreca du team belge WRT que le jeune Français Charles Milesi (20 ans) partage avec Ferdinand Habsburg et Robin Frijns, et les deux voitures du team JOTA. La bataille pourrait être arbitrée par l'équipage de l'écurie Real Team-TDS avec les Français Loïc Duval et Norman Nato. Associés à Esteban Garcia, ils s'élanceront depuis la deuxième place de la catégorie sur la grille de départ. Enfin, en catégorie LMGTE-Pro où la Balance de Performance crée bien des tensions entre Porsche et Ferrari, le Français Kevin Estre a signé la cinquième pole position de la saison pour la Porsche 911 officielle. Au classement du championnat GT-FIA, Estre-Jani (rejoints par Christensen sur cette course de 8 heures) reviennent donc à égalité de points avec Pier Guidi-Calado sur la Ferrari AF Corse. (2e temps). lire aussi Le nouveau défi d'Alpine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles