Auto - WTCC - La jeune garde française du WTCC

L'Equipe.fr
Trois jeunes pilotes français - Yann Ehrlacher, Aurélien Panis et John Filippi - participeront à la saison 2017 de WTCC, le championnat du monde des voitures de tourisme qui débute ce week-end, à Marrakech.

Trois jeunes pilotes français - Yann Ehrlacher, Aurélien Panis et John Filippi - participeront à la saison 2017 de WTCC, le championnat du monde des voitures de tourisme qui débute ce week-end, à Marrakech.Ils seront trois (très) jeunes pilotes français à rouler, cette saison, en championnat du monde des voitures de tourisme (WTCC). L’un, John Filippi (22 ans) compte déjà trois années d’expérience et une quarantaine de courses. Il a intégré, cette saison, l’équipe du Sébastien Loeb Racing (avec l’Anglais Tom Chilton et le Marocain Medhi Bennani) sur une Citroën C-Elysée. Les deux autres sont novices. Yann Ehrlacher (20 ans), neveu du quadruple champion du monde de WTCC Yvan Muller, fera partie de l’équipe russe RC Motorsport, qui reprend l’une des Lada Vesta officielles de l’an passé. Aurélien Panis (22 ans), fils de l’ex-pilote de F1 Olivier Panis (vainqueur du GP de Monaco 1996), quitte la monoplace pour les voitures de tourisme, au volant d’une Honda Civic Type-R privée de l’écurie hongroise Zengo.Départ des courses dimanche à 17h35 (18 tours) et 18h45 (21 tours), heure française.Yann Ehrlacher : bon sang ne saurait mentirYann Ehrlacher a de qui tenir. L’esprit de compétition de son père, Yves Ehrlacher, ancien milieu de terrain du RC Strasbourg (champion de France en 1979, 271 matches en Ligue 1 et 49 buts). Le coup de volant de sa mère, Cathy Muller, volant Elf 1981, ex-pilote de F3 et F3000, la sœur d’Yvan Muller, quadruple champion du monde de WTCC (2008, 2010, 2011 et 2013). Après ses premiers pas en championnat de France de Midget, Yann a débuté en endurance l’an passé, dans le championnat d’Europe (ELMS), sur une Ligier LMP3 du Yvan Muller Racing (il continuera, cette saison). Puis l’opportunité de courir en WTCC s’est présentée. «C’est un championnat du monde, explique-t-il, qui apporte énormément dans la méthode de travail, sportivement et techniquement. Cela va me permettre de progresser. C’est une chance pour moi.» Après deux jours de roulage à Magny-Cours où est basée son équipe russe (les moteurs sont préparés dans les ateliers français de Oreca), il a effectué une bonne centaine de tours à Monza, pour les essais d’avant-saison il y a trois semaines. «C’est une auto très agréable à rouler, une vraie voiture de course, beaucoup mieux que ce que je pouvais imaginer pour une traction. Complètement différente à conduire aussi, par rapport à ce que je connaissais. Mais ça va aller.» Sans doute pourra-t-il profiter un peu des conseils de son oncle… retraité des circuits mais qui sera tout de même sur le terrain, cette saison, comme consultant pour l’équipe officielle Volvo. «J’ai toujours Yvan comme référant, admet Yann. Mais le mieux sera que j’arrive à me débrouiller tout seul.»AURELIEN PANIS De la monoplace à la berlineDepuis 2011 et ses débuts en F4, Aurélien Panis, fils d’Olivier, ex-pilote de F1, et de Anne, excellente pilote de karting, n’a jamais conduit que des monoplaces. Premières victoires en Formule Renault en 2014, jusqu’à la Formule V8 3.5 l’an passé, avec deux victoires, trois podiums, une pole position et une cinquième place au championnat. Il réoriente sa jeune carrière professionnelle vers les voitures de tourisme. «Pourtant, s’amuse-t-il, je n’ai jamais conduit de traction. Juste un essai avec une Seat de Super Copa... » Pas grand-chose à voir avec la Honda Civic Type-R WTCC qu’il a découvert il y a deux semaines, à Budapest sur le Hungaroring. «Cela s’est très bien passé.»Son équipe, Zengo Motorsport, est hongroise. Elle s’est fait une spécialité de la formation de jeunes pilotes en WTCC, au volant d’une Honda Civic en tous points identiques aux voitures officielles. Norbert Michelisz qui conduisait pour Zengo jusqu’en 2015 (premier au classement des indépendants), a ainsi intégré le team Honda Racing, l’an passé (4e au championnat des pilotes). Un exemple à suivre pour Aurélien Panis.John Filippi : bienvenue chez Loeb !Le jeune Bastiais John Filippi a entamé sa carrière en championnat WTCC par la petite catégorie TC2, en 2014. Puis durant deux ans, il a conduit une «grosse» Chevrolet Cruze TC1 du Campos Racing. Il a même mené quelques tours lors de la dernière course 2016, au Qatar. Cette année, le voici au volant de la troisième Citroën C-Elysée (la voiture triple championne du monde de 2014 à 2016), dans l’équipe du Sébastien Loeb Racing. Une progression en rapport avec son plan de carrière : «Quand j’ai décidé de me lancer en WTCC, explique-t-il, c’était un choix risqué pour un jeune pilote (il n’avait pas 20 ans…). Mais l’objectif était de m’installer dans la discipline sur le long terme, pour finir par décrocher un volant dans une équipe de pointe après quelques années. Le travail a fini par payer, je suis très heureux. Je rejoins l’une des meilleures équipes du plateau, c’est une opportunité unique à ce stade de ma carrière. Bien entendu, les teams officiels (Honda, Volvo) ont eu la possibilité de développer leur voiture mais la C-Elysée reste une valeur sûre.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages