Avant les Championnats du monde, avantage Van Aert face à Van der Poel

Mathieu van der Poel (en bleu) et Wout van Aert se livreront une ultime bataille lors des Mondiaux de Hoogerheide, le 5 février. (Isosport/Presse Sports)

Alors que Mathieu van der Poel et Wout van Aert se livrent un duel sans merci depuis qu'ils ont fait leur retour sur le circuit de cyclo-cross, le Belge a pris l'avantage sur son grand rival à un mois des Championnats du monde.

Ils s'apprêtent à disputer la course sur laquelle ils ont basé leur saison de cyclo-cross. Le 5 février, Mathieu van der Poel (28 ans) et Wout van Aert (28 ans) se livreront à une ultime explication à la pédale à Hoogerheide (Pays-Bas) pour déterminer celui qui portera le maillot arc-en-ciel tant convoité lors de la saison suivante. Avant de se retrouver à nouveau lors de la saison sur route avec leur équipe respective (Alpecin-Deceuninck et Jumbo-Visma), ils doivent en terminer avec la saison dans les sous-bois.

Van Aert et Van der Poel semblent imbattables. Lorsqu'ils s'alignent sur une course, c'est l'un des deux qui s'impose quasi systématiquement. Depuis le 27 novembre pour VDP et le 4 décembre pour WVA, ils cumulent à eux deux douze victoires. Aucune course ne leur a échappé quand ils étaient tous les deux au départ (VDP a été battu à Val Di Sole mais WVA n'était pas présent). Seul Tom Pidcock les a poussés dans leurs retranchements, mais jamais le Britannique, champion du monde en titre, ne les a battus. Un duel pour une médaille d'or semble donc se profiler.

Et pourtant, cela fait simplement office de préparation pour eux qui n'ont pas pour objectif de remporter la Coupe du monde de cyclo-cross, ni même les classements annexes, mais simplement les Championnats du monde. Si le Néerlandais avait démarré fort avec une victoire à Hulst dès sa première course où Van Aert n'était pas présent, le champion de Belgique est monté en puissance, à tel point qu'il a désormais pris l'ascendant sur son rival.

En effet, Van Aert, impressionnant depuis la semaine entre Noël et le premier de l'An, compte désormais huit victoires (Dublin, Mol, Heusden-Zolder, Diegem, Loenhout, Coxyde, Gullegem et Zonhoven) contre quatre pour Van der Poel (Hulst, Anvers, Gavere et Herentals).

Van der Poel handicapé par son dosAprès sa deuxième place à Gavere (26 décembre), où il était jusque-là invaincu, Van Aert n'a laissé qu'une seule fois la première place. C'était sur la quatrième manche du X2o Trofee à Herentals et encore, Van der Poel a pu s'imposer grâce à la crevaison du Belge dans le dernier tour, à l'amorce du sprint final.

La dynamique du moment n'est donc pas forcément à l'avantage du petit-fils de Raymond Poulidor, mais il ne faut jamais sous-estimer l'ego d'un champion, surtout lorsque celui-ci est piqué. La véritable source d'inquiétude pour Van der Poel vient de son dos qui le fait souffrir depuis sa chute aux Jeux Olympiques de Tokyo. La saison dernière déjà, cette blessure l'avait handicapé et l'avait contraint à mettre un terme à sa saison dans les sous-bois. Cette saison, il se battait à armes égales avec ses adversaires jusqu'à Coxyde, où ses douleurs dorsales se sont réveillées. Il avait alors concédé près d'1'40 sur le vainqueur, son meilleur ennemi.

« Je pense que les jambes étaient pas mal, mais j'avais surtout mal au dos encore aujourd'hui (jeudi 5 janvier, à Coxyde). Suivre Wout ? Ce n'était pas possible, je ne pouvais pas mettre de la force sur les pédales. Si on voit les cinq dernières courses on était vraiment au même niveau, mais aujourd'hui je n'avais pas la force avec le mal de dos. Mais il ne faut pas s'inquiéter, c'était juste ici aujourd'hui et dimanche (à Zonhoven) déjà ça devrait être mieux », selon des propos recueillis en zone mixte et relayés par Cyclism'ActuTV.

Il avait ensuite fait l'impasse sur le SuperPrestige de Gullegem (remporté par Van Aert), et a à nouveau concédé 1'23 à Zonhoven, où il a chuté à deux reprises. Un écart qui avait même interrogé son rival habitué à être au coude à coude avec le quadruple champion du monde de cylco-cross (2015, 2019, 2020, 2021).

Un stage sur route avant la dernière ligne droiteMais alors qu'il va participer à un stage de dix jours en Espagne avec son équipe Alpecin-Deceuninck afin de préparer la saison sur route, Van Der Poel n'avait pas perdu tout son optimisme au sortir de sa deuxième place sur la douzième étape de Coupe du monde. « J'espère que ces dix jours vont me faire du bien. Tout le staff sera présent pour m'aider. Même si on cherchait déjà ici avec des gens qui sont également présents pour prendre soin de moi », a-t-il notamment déclaré dans un entretien accordé au média Néerlandais HLN.

De son côté, Van Aert part lui aussi en stage avec son équipe Jumbo-Visma sur les routes espagnoles pour entamer la préparation de la saison qu'il commencera sur les Strade Bianche (le 4 mars). Au retour de ce stage, ils disputeront le cross de Benidorm (22 janvier). Ensuite, van Aert disputera le Flandriencross de Hamme (Belgique) alors que van der Poel n'a pas encore annoncé s'il sera à Hamme ou à Besançon pour la dernière étape de Coupe du monde avant les Championnats du monde.

Au palmarès, avantage van der PoelAvant qu'ils ne se consacrent à la saison sur route, le Belge et le Néerlandais ont passé plusieurs saisons à se disputer le maillot arc-en-ciel. Précisément depuis 2015. Cette année-là, VDP l'avait emporté devant son rival et ainsi lancé sept années de duel (en 2022 aucun des deux ne s'est aligné aux Mondiaux). À ce jeu-là, Van der Poel mène quatre maillots arc-en-ciel à trois face à Van Aert.

Petit clin d'oeil de l'histoire, sur huit éditions organisées aux Pays-Bas, seule une a été remportée par un local (en 2000 par Richard Groenendaal), deux par des Tchèques (1991 et 2014) et cinq par des Belges. À Hoogerheide, lieu de la prochaine peignée, le Tchèque Zdenek Stybar et le Belge Niels Albert ont été auréolés. Mieux encore, la dernière édition des Championnats du monde aux Pays-Bas remonte à 2018 et celui qui avait levé les bras n'est autre qu'un certain... Wout van Aert. Doit-on y voir un signe prémonitoire ?

lire aussi : L'actualité du cyclo-cross