Avant d'affronter l'Olympiakos en Euroligue, Monaco assure contre Pau-Lacq-Orthez

·2 min de lecture

Sans plusieurs joueurs majeurs, économisés, la Roca Team a dominé l'Elan Béarnais dimanche (85-76), et rejoint ainsi Boulogne-Levallois en tête du Championnat. Rassurant avant le double affrontement du quart de finale d'Euroligue contre l'Olympiakos.

La victoire, et ses stars préservées. Monaco a rempli les deux missions qu'il s'était fixé dimanche soir contre Pau (victoire 85-76). À trois jours de son plus grand rendez-vous de la saison, un déplacement en Grèce sur le terrain de l'Olympiakos afin d'y négocier les deux premières manches des quarts de finale d'Euroligue (les 20 et 22 avril), la Roca Team a affiché une belle sérénité à domicile contre les Palois. En plus d'avoir maîtrisé leurs adversaires de bout en bout - ils n'ont été menés qu'à l'occasion de la première possession -, les Monégasques ont fait montre d'une belle cohésion collective (5 joueurs à 12 points ou plus, 16 passes décisives), et ce alors qu'ils évoluaient sans trois de leurs principaux atouts, Mike James, Will Thomas et Donta Hall.

lire aussi

/

La 29e journée

Le choix de l'entraîneur Sasa Obradovic de se passer des trois Américains n'avait rien de surprenant, d'autant que le trio avait participé à la défaite de son équipe à Dijon en milieu de semaine (86-97). Le duo Danilo Andjusic - Donatas Motiejunas (31 points) s'est chargé de compenser, en soutien du meneur Paris Lee (20 points), meilleur marqueur de la partie devant son vis-à-vis Brandon Jefferson (19 points, 6 passes), en manque de solutions.

lire aussi

/

Le classement

À chaque tentative de rapproché des visiteurs, le club du Rocher trouvait une réponse, le plus souvent de près. L'écart dépassait même les dix points plusieurs fois (53-41 ; 79-68), sans que l'écart ne se creuse plus. S'il n'a pas forcément apprécié que son équipe ne parvienne pas à se mettre définitivement à l'abri, Obradovic se voulait clément au buzzer final, bien conscient que les esprits étaient déjà tournés vers les deux prochaines échéances.

« Ce n'est pas facile de jouer dans ce contexte, soufflait le technicien au micro de beIN Sports. Les têtes étaient peut-être déjà à l'Olympiakos. Une victoire est une victoire, on a respecté cette équipe de Pau. (Il plaisante, à propos du déplacement en Grèce) Je ne suis jamais confiant ! (il sourit) Bien sûr que je le suis. Ces confrontations arrivent au moment où nous faisons de bonnes choses. » Monaco, qui profite de ce succès pour retrouver Boulogne-Levallois au sommet du Championnat, s'envolera ainsi pour sa semaine hellène en ayant réussi sa répétition générale.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles