Avant France - Pologne, retour sur les cinq demies les plus marquantes des Bleus à l'Euro

Alors que les Bleus vont tenter d'atteindre la troisième finale de leur histoire à l'Euro face à la Pologne (vendredi 17h15), nous avons sélectionné les cinq demi-finales les plus mémorables de l'équipe de France dans cette compétition.

1. France - Espagne 1999 (63 - 70) : la désillusion à la maison

À domicile, l'équipe de France retrouve le dernier carré de l'EuroBasket pour la première fois depuis 1991. Dans un palais omnisports de Bercy plein à craquer, les Bleus affrontent l'Espagne, pas encore leur meilleur ennemi. Larges vainqueurs des Ibériques lors de la phase de groupe (74-57), les hommes de Jean-Pierre de Vincenzi s'avancent en demi-finales forts d'une dynamique très positive. Mais l'Espagne, portée par un Alberto Herreros des grands soirs (29 points), se réveille et douche les espoirs d'une première finale continentale pour les Bleus. Une défaite étriquée (70-63), prélude d'une rivalité qui atteindra son paroxysme une décennie plus tard.

2. France - Grèce 2005 (66 - 67) : le traumatisme Diamantidis

Cette demi-finale de l'Euro 2005 reste l'un des matchs les plus traumatisants de l'histoire du basket français. Opposés à la Grèce, qui l'avait emporté en poule (64-50), Tony Parker et ses équipiers offrent une toute autre opposition aux Hellènes en demi. Après une rencontre serrée, les Bleus mènent de sept points (62-55) à 47 secondes du terme après un dunk décisif - pense-t-on alors - de Boris Diaw. Mais tout s'effondre : deux lancers ratés et une balle perdue par T.P., une efficacité totale des Grecs... Revenus à un point à onze secondes de la fin, ces derniers ont attendu le dernier moment pour administrer le coup de poignard aux Bleus. Dimitrios Diamantidis, pas attaqué, catapulte un tir à trois points dans le panier. La France s'incline au buzzer, 67-66.

lire aussi

Comment la France s'est sortie du piège italien pour atteindre les demi-finales de l'Euro

3. France - Russie 2011 (79 - 71) : la libération

Toujours passée à côté de ses grands rendez-vous jusqu'alors, la génération Parker aborde cette demi-finale de l'Euro 2011 avec la pression de se qualifier pour les Jeux Olympiques de Londres sans passer par le tournoi de qualification et de prouver qu'elle n'est pas maudite. Après le traumatisme grec en 2005, les Bleus échouent de peu en quarts face à la Russie en 2007 (75-71). Mais en 2011, l'heure est à la revanche. En Lituanie, la France triomphe de la Grèce en quart (64-56) et retrouve en demi... la Russie.

Portés par un Tony Parker leader (22 points) et un jeune Nicolas Batum (22 ans, 19 points, 7 rebonds) nommé homme du match, les Tricolores s'imposent (79-71), se qualifiant pour leur première finale à l'Euro et pour les Jeux. Une libération pour Parker : « J'avais les larmes aux yeux à la fin du match. J'étais tellement content... J'ai sauté dans les bras de mes frères, de ma famille, réagit le Français à la fin de la rencontre. On est aux Jeux Olympiques ! Ça fait onze ans que je cours après ça. C'est dur de mettre des mots sur ma joie, quand tu as connu autant de galères, de défaites difficiles à encaisser. Là, cette année, on prend notre revanche sur les Grecs puis sur les Russes. Petit à petit, on arrive à progresser, à jouer comme une grande équipe. »

4. France - Espagne 2013 (75 - 72, a.p.) : la plus mythique

Vaincue par l'Espagne en quarts de l'Euro 2009, en finale de l'Euro 2011 et en quarts des Jeux en 2012, l'équipe de France se présente une nouvelle fois face à sa bête noire dans le dernier carré de l'EuroBasket 2013. Et le score à la mi-temps ne prête pas à l'optimisme : totalement dépassés, les Bleus sont menés de quatorze points (20-34). Tony Parker, auteur de quatorze des vingt points français, se lance alors dans un discours devenu mythique : « Ils nous dominent parce qu'ils pensent qu'on est de la merde, cela se voit sur leur visage ».

Totalement transformés au retour des vestiaires, les hommes de Vincent Collet se lancent dans une folle remontée. En mission pour remporter un premier trophée sous le maillot bleu, Parker porte son équipe jusqu'aux bout des prolongations, inscrivant 32 points. La France s'impose 75-72 et ira au bout en triomphant face à la Lituanie en finale.

5. France - Espagne 2015 (75 - 80 a.p.) : la douche froide

En 2015, les Bleus retrouvent leur rival espagnol pour une nouvelle confrontation, devenue un classique. Après 2013, la France a doublé la mise au Mondial 2014 en l'emportant en quart face aux Ibériques à Madrid (62-52). Un an plus tard, c'est à domicile, au stade Pierre Mauroy de Lille, que la France recroise la route de l'Espagne. En jeu : une qualification directe pour les Jeux de Rio. Le scénario de 2013 semble inversé. Les Bleus mènent de onze points au coeur du troisième quart-temps, avant de voir leur adversaire revenir petit à petit, jusqu'à mener de trois points à vingt secondes du terme. Sauvée par un tir primé de Batum et un contre de Rudy Gobert, la France décroche une prolongation. Mais, portée par un Pau Gasol intenable (40 points), la Roja douche la France à la maison (80-75 ap.)

lire aussi

Toute l'actu de l'Euro