Avant son rendez-vous avec Borne, le maire de St-Brévin maintient sa démission

Yannick Morez, maire de Saint-Brévin (Loire-Atlantique) auditionné devant le Sénat le 17 mai 2023.
Yannick Morez, maire de Saint-Brévin (Loire-Atlantique) auditionné devant le Sénat le 17 mai 2023.

POLITIQUE - Il a répondu à toutes les questions et livré un récit poignant. Pendant plusieurs heures, au Sénat, ce mercredi 17 mai, le maire de Saint-Brévin (Loire-Atlantique) a raconté dans le détail ce qui a mené à l’incendie de sa maison, depuis les menaces dont il a fait l’objet par des groupes d’extrême droite extérieurs à la ville quand il a accepté de recevoir dans sa ville un Cada (Centre d’accueil pour demandeurs d’asile), comme le demande l’État.

Alors qu’il dénonce les manquements de l’État et notamment du préfet qui n’aurait pas réagi à ses alertes, Yannick Morez doit être reçu à Matignon par la Première ministre Élisabeth Borne, ce 17 mai à 18H30. Alors que BFMTV et France Info affirmaient ce matin qu’Élisabeth Borne a demandé au Préfet de refuser sa démission, en attendant ce rendez-vous, Matignon semble démentir - ou reculer - auprès du HuffPost cet après-midi : « Nous n’avons pas demandé au préfet de refuser la démission du maire », affirme-t-on. « C’est la procédure habituelle qu’il y ait un délai entre une demande de démission et son acceptation, le préfet a décidé d’attendre la rencontre entre le maire et la Première ministre », précise-t-on dans l’entourage d’Élisabeth Borne.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

« Mes enfants me disent de tout arrêter »

« Votre décision est-elle irréversible ? », a demandé au maire de St-Brévin, en amont de cette rencontre, l’un des sénateurs. Réponse de Yannick Morez : « Entre le 22 mars (date de l’incendie, ndlr) et maintenant, on a eu le temps de réfléchir. Je n’ai pas voulu prendre une décision dans la foulée », débute l’édile avant de confirmer son choix : « J’ai bien réfléchi avec mon équipe. Maintenant mes enfants me disent de tout arrêter et ma femme ne veut pas rester sur Saint-Brévin. Elle me dit que la personne n’est toujours pas arrêtée et que si ça se trouve ’je le croise en faisant mes courses’ », a-t-il rapporté, la gorge nouée.

« Son choix lui appartient » - Entourage d’Elisabeth Borne

« L’objet du rendez-vous n’est pas de le faire changer d’avis, son choix lui appartient », a déclaré au HuffPost une proche d’Élisabeth Borne qui rappelle que Dominique Faure, ministre déléguée aux Collectivités territoriales « va présenter son centre d’analyse et de lutte contre les atteintes aux élus ce soir afin de mieux coordonner la réponse des acteurs : police, justice et préfet » et que « le volet sanctions sera renforcé ».

En amont de ce rendez-vous qui sera très médiatisé, le sénateur socialiste Hussein Bourgi a lui fait part de ses recommandations pour la Première ministre qui reçoit le maire : « Je lui suggérerais de vous faire des excuses et de limoger les hauts fonctionnaires en question, car on frise l’incompétence », a déploré cet élu, en manifestant à Yannick Morez son « soutien total », comme l’ensemble de ses collègues.

À voir également sur Le HuffPost :

Damien Abad, accusé de viol, demande la levée de son immunité parlementaire

Nicolas Sarkozy se pourvoit en cassation dans l’affaire des écoutes, son avocate explique pourquoi