Avant de retrouver la Juventus, Nantes doit se relancer en Ligue 1

Nantes n'a gagné que deux matches sur les 15 premières journées de Ligue 1. (A. Mounic/L'Équipe)

Le FCN veut vite engranger des points pour avoir de la marge en février, quand le 16e de finale de Ligue Europa contre la Juventus Turin viendra accaparer les esprits.

La Coupe du monde a permis au FC Nantes d'effectuer une nouvelle préparation physique mais aussi de poser un bilan sur son début de saison. Et il n'est pas bon : 15e de Ligue 1 avec 13 points et deux victoires en 15 journées, l'équipe d'Antoine Kombouaré sait ce qui l'attend si elle continue à ce rythme. La dernière fois que le club a présenté un tel bilan à ce stade (2006-2007), il était descendu en fin de saison.

lire aussi : Nantes repart sans Dennis Appiah ni Fabio

« On est dans la charrette », a résumé Nicolas Pallois, lundi, en conférence de presse, à l'évocation des deux échéances à l'agenda des Canaris pendant les fêtes (déplacement à Troyes ce mercredi, réception d'Auxerre dimanche). Deux adversaires qui disputent le même championnat que le FCN, celui que le vainqueur de la dernière Coupe de France avait si bien négocié la saison passée pour se caler en milieu de tableau. Or, avant la coupure de la mi-novembre, il a enchaîné trois résultats décevants contre Clermont (1-1, le 30 octobre), à Reims (0-1, le 6 novembre) et face à Ajaccio (2-2, le 13), des formations entrant dans cette catégorie.

Les raisons, on les connaît : il fallait digérer un printemps très riche en émotions, réinventer l'animation offensive après le départ de Randal Kolo Muani à Francfort et appréhender la découverte des semaines européennes.

Antoine Kombouaré a insisté, ces dernières semaines, sur un autre paramètre : la course à pied. « L'an dernier aussi on était une des équipes qui courait le moins, mais on contrait fort, vite, efficace, a expliqué l'entraîneur jaune et vert lundi, en conférence de presse. Si on ne courait pas beaucoup et qu'on gagnait... On n'est pas des athlètes, on est des joueurs de foot, mais en faisant plus de courses avec et sans ballon, on serait peut-être plus hermétiques et plus efficaces. On a travaillé dans ce sens-là, les joueurs ont été à l'écoute, ont été dans l'esprit, ils se sont rendu compte que souvent c'est de la fatigue mentale, psychologique. »

lire aussi : Le classement de Ligue 1

Cette thématique, Nicolas Pallois l'a aussi évoquée : « On n'est pas cramés en fin de match. Il faut que chacun en fasse un peu plus. » La qualification arrachée pour les 16es de finale de Ligue Europa atteste des ressources disponibles. Alors le mois et demi qui arrive constitue une sacrée occasion pour Nantes, qui dispose de quelques semaines pour engranger des points. Avant que le rendez-vous contre la Juventus Turin (16 et 23 février) ne vienne encombrer l'environnement.

« La Coupe d'Europe, tous les supporters voulaient qu'on la joue à fond et nous aussi. Mais en Championnat on n'est pas bien », résume Nicolas Pallois. « Les joueurs le savent, on a suffisamment insisté là-dessus : c'est important de lancer le Championnat de la meilleure des façons pour jouer ce fameux Juve- Nantes dans de bonnes conditions », a relayé Antoine Kombouaré.

Si besoin, les rendez-vous individuels organisés avec chaque joueur la semaine dernière ont permis de bien préciser l'enjeu. Alors que les départs de Dennis Appiah (Saint-Étienne) et Fabio (Grêmio) annoncent aussi un mois de janvier crucial en coulisses.

lire aussi : Toute l'actu du FC Nantes