Aventure - Mort Reffet - Soul Flyers - Mort de Vince Reffet : son parachute de secours n'a pas été déployé, selon l'enquête

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Décédé lors d'un accident à l'entraînement en novembre 2020, Vince Reffet avait perdu le contrôle de son appareil. D'après les résultats de l'enquête, il n'aurait pas déployé son parachute de secours. Cinq mois après le décès de Vince Reffet, membre des Soul Flyers, lors d'un entraînement à Dubaï, l'enquête menée par les autorités a dévoilé que le pilote français avait perdu le contrôle de son Jetwing, un appareil dorsal similaire à des ailes d'avion. Selon les conclusions de l'Autorité générale de l'aviation civile émiratie, la chute est due à « une attitude irrécupérable d'inclinaison arrière », ce qui a entraîné « un brusque retournement vers l'arrière, une descente abrupte, et un impact au sol ». lire aussi Fred Fugen : « Quand je pense à Vince (Reffet), ça me donne envie de continuer » Le rapport d'enquête ajoute que « le pilote n'a pas interrompu le vol en déployant le parachute de secours à fusée pyrotechnique comme cela avait été discuté lors du briefing avant le vol », mais il n'a pas pu déterminer les raisons qui auraient poussé Vince Reffet à ne pas suivre le protocole. Toujours d'après le rapport, le Français aurait fait une tentative pour reprendre le contrôle à 250 mètres du sol. Il n'était sous l'emprise d'aucune drogue ni d'aucun alcool. lire aussi Fred Fugen, à propos de Vince Reffet (Soul Flyers) : « Il m'a toujours impressionné » Vince Reffet, décédé à l'âge de 36 ans, a réalisé de nombreux exploits dans les airs. Il s'était élancé du Burj Khalifa (828 m), la plus haute tour du monde, en wingsuit, et était notamment entré dans un avion en plein vol. « Jetman » avait aussi volé en formation avec un A380 de la compagnie Emirates, ou encore au côté de la Patrouille de France, en 2016. Avec son duo, Fred Fugen, le Soul Flyer, ancien membre de l'équipe de France de parachutisme, cumulait les performances et les vidéos impressionnantes. Ensemble, ils avaient traversé la Porte du Ciel en fin 2019, dans le parc montagneux du Mont Tianmen dans le sud de la Chine. À l'aide de ces Jetwing, ils peuvent atteindre jusque 400 km/h.