Aviron - Des qualifications pour tous les goûts

·4 min de lecture

Dorian Mortelette en tête, les quatre bateaux français engagés ont gagné samedi le droit de continuer à envisager la qualification olympique pour des demi-finales et finales avancées à dimanche. Une qualification pour une demi-finale n'a pas toujours la même saveur. Entre Victor Marcelot et Hugo Beurey en deux de couple poids légers d'un côté, et Dorian Mortelette et le quatre sans barreur de l'autre, les visages n'étaient pas les mêmes à l'issue de leurs séries des qualifications olympiques. Les courses ont débuté samedi à Lucerne (Suisse) et s'achèveront dimanche avec vingt-quatre heures d'avance sur le programme prévu en raison de la tempête attendue lundi sur le Rotsee. Les deux bateaux ont franchi le premier obstacle des séries, mais la manière n'était pas la même. Pour leur deuxième compétition ensemble après leur cinquième place en coupe du monde à Zagreb, les jeunots Marcelot (19 ans), et Beurey (22) n'étaient pas donné favoris. Sans complexe, ils ont pris la tête d'entrée, dégoûté les Danois, bataillé au bord à bord avec les Australiens pour placer leur pointe de bateau devant les rameurs des Antipodes à l'enlevage. Une entame inattendue qui fait remonter la cote des deux rameurs. « Aujourd'hui, raconte Marcelot, il fallait faire une course pleine. C'est ce qu'on a fait. On ne peut pas dire maîtrisée parce que les Australiens et les Danois étaient quand même dangereux, mais on a fait ce qu'il fallait faire. » « On était là pour gagner, pas pour faire deuxième, renchérit Beurey, tout sourire derrière son masque. C'est toujours bien de gagner une course. » C'est ce que ne sont pas parvenus à réaliser Benoit Demey, Benoît Brunet, Thibaut Verhoeven et Dorian Mortelette en quatre sans barreur, et les rameurs étaient conscients d'être passés à côté de leur parcours. « On est bien parti devant, commente Mortelette, qui était déjà passé par l'étape des qualifications olympiques avant d'aller chercher la médaille d'argent en deux sans barreur aux Jeux de Londres (2012). Aux mille, on est encore devant, mais on s'est contentés de finir sans vraiment se battre. Les Tchèques étaient loin derrière, les Allemands avaient lâché l'affaire, et nous au lieu de se battre devant avec les Sud-Africains comme des débiles, on s'est contentés de faire deux. Ce n'est pas ce qu'on avait prévu ». Le quatre de couple messieurs est passé par les repêchages Leur entraîneur Didier Lereboulet était pareillement dubitatif sur la prestation de ses troupes. « On avait prévu de gagner toutes les courses, dit-il. C'est dommage de laisser croire aux autres qu'ils peuvent être devant. » Le fait de ne pas s'être donné à fond pourrait s'avérer payer dimanche car le programme va être chargé. Demi-finales puis, s'ils passent le cap, finale deux heures après. Tout est possible pour ce bateau, une des deux premières places qualificatives comme une élimination en demi-finale. Jamais croisés jusqu'à présent, Canadiens et Sud-Africains ont fait belle impression et il y a cinq ou six autres bateaux qui peuvent prétendre à une des deux places qualificatives. Ce sera dur aussi pour le deux de couple PL qui n'était pas favori en arrivant sur le Rotsee et ne l'est pas encore. Mais outsiders complets, Beurey et le champion d'Europe junior de skiff Marcelot n'ont rien à perdre. « Il ne faut pas s'enflammer d'avoir terminé devant les Australiens, relativise leur coach Alexis Besançon. Ils auront peut-être deux courses à disputer dimanche, mais ils sont bien armés pour réaliser cet enchaînement-là. Certains sont en difficulté avec leur poids et ils auront des difficultés à enchaîner deux courses en deux heures. Ce n'est pas leur cas ». Reste qu'il faudra d'abord passer le cap des demi-finales. Un souci que n'auront pas les quatre de couple. Chez les filles, il n'y a en effet que quatre bateaux engagés dans cette embarcation et Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Marie Jacquet et Emma Lunatti étaient déjà en finale en arrivant près du lac des Quatre Cantons. Samedi, lors d'une course pour l'attribution des lignes d'eau, elles ont terminé troisièmes, loin derrière les Australiennes (3''64) et à 11 centièmes seulement des Norvégiennes. Un écart qu'il leur faudra absolument combler dimanche. Le quatre de couple messieurs est passé par les repêchages, mais Stanislas Desgrippes, Albéric Cormerais, Bastien Quiqueret et Benjamin Haguenauer ont réussi leur coup. Quatrième d'une course disputée de bout en bout, ils ont gagné le droit de continuer d'y croire. Ce n'était pas joué d'avance. Ils sont parvenus relever le défi. Résultats Éliminatoires Quatre sans barreur (les trois premiers en demi-finales, les autres en repêchages).
I : 1. Belarus, 6'4''58 ; 2. Lituanie, 6'4''83 ; 3. Ukraine, 6'5''91 ; 4. Russie, 6'7''68.
II : 1. Canada, 6'7''94 ; 2. Autriche, 6'10''59 ; 3. Croatie, 6'16''96.
III : 1. Afrique du Sud, 6'9''18 ; 2. France (Demey-Brunet-Verhoeven-Mortelette), 6'12''55 ; 3. Allemagne, 6'17''64. Quatre de couple (les premiers en finale, les autres en repêchages).
I : 1. Russie, 5'50''43 ; 2. Roumanie, 5'53''50 ; 3. France (Desgrippes-Cormerais-Quiqueret-Haguenauer), 5'56''77. Deux de couple poids légers (les deux premiers en demi-finale, les autres en repêchages).
I : 1. Rep. Tchèque, 6'30''75 ; 2. Chine, 6'34''29.
II : 1. France (Beurey-Marcelot), 6'27''04 ; 2. Australie, 6'28''98 ; 3. Danemark, 6'35''90.
III : 1. Canada, 6'28''90 ; 2. Suisse, 6'34''11. Repêchages Quatre de couple (les quatre premiers en finale) :
1. Roumanie, 5'47''98 ; 2. Lituanie, 5'48''87 ; 3. Rep. Tchèque, 5'49''87 ; 4. France (Desgrippes-Cormerais-Quiqueret-Haguenauer), 5'50''34 ; 5. Ukraine, 5'51''19. Programme Dimanche : demi-finales et finales