Avranches-PSG 0-4 / Les notes des Parisiens : Ben Arfa ou les bienfaits de la vidéo ?

David Aiello

Bien meilleur sur le terrain que face caméra, Hatem Ben Arfa, a permis au PSG de franchir sans difficulté l’obstacle des quarts, grâce à un doublé et une passe décisive.

HBA ou les bienfaits de la vidéo ?


Areola (6) :
Jamais facile de jouer Avranches… On taquine mais pour son retour dans le 11, il n’avait pas le droit à l’erreur. Il s’est donc appliqué à dévier la seule frappe normande cadrée (40eme) et à faire le job le reste du temps. Propre.

Meunier (5) : Perturbé qu’il était par l’absence de vis-à-vis dans son couloir, on l’a très peu vu offensivement. Il s’est donc contenté de gérer son adversaire imaginaire. Dommage. 

Aurier (6) : L’hypothèse « Aurier dans l’axe » revenant aussi régulièrement et sûrement que les polémiques qu’il alimente, il était intéressant de jauger le joueur à ce poste. Attentif au marquage et intraitable au duel, il a fait le match qu’on attendait de lui, même si, bien sûr l’adversité était toute relative.

Kimpembe (6) : Taulier de la défense en l’absence des 2 Brésiliens, il a assuré l’intérim avec sérénité et autorité. Plus étonnant pour lui mais on ne s’en lasse pas.

Maxwell (6) : Le voir se balader avec autant d’aisance sur le terrain ne nous était plus arrivé depuis quelques mois. Mais plutôt que de jouer les rabat-joies, on va plutôt profiter de ce match pour saluer son sérieux sur ce match et son attitude exemplaire tout au long de la saison.

Matuidi (6) : Capitaine d’un soir, il a effectivement montré l’exemple en livrant un vrai match de Coupe dans l’engagement et le respect de l’adversaire. Reste une question cruciale sur ce match : que faire de sa passe « dé » glissée pour Lucas (0-3, 56eme) ? Allez, on est sympa, on va la compter.

Rabiot (6) : On le sait, ce poste de sentinelle n’est pas sa tasse de thé. Et pourtant, il y excelle aussi par la qualité de ses passes, son placement de plus en plus « Mottesque » auxquels s’ajoute sa capacité unique à briser les lignes sur une accélération. Certes, ce soir, on en a vu qu’un petit échantillon mais on peut aussi comprendre qu’il n’est pas tout donné.  Remplacé par…Lo Celso (eh oui !) qui en 30 minutes aura montré une certaine aisance balle au pied. A revoir dans un autre contexte pour en savoir plus.

Nkunku (4) : On ne va pas se mentir, il a déçu. Aligné au milieu, il n’avait pourtant pas à gérer un pressing monstrueux. Pas assez explosif balle au pied, il a peu apporté et ses rares incartades aux avant-postes ont manqué de tranchant. Du tranchant, Guedes (entré à la 68eme) en a toujours à revendre pour déborder mais il va devoir apprendre à en faire quelque chose.

Lucas (6) : Suivant que vous soyez pro ou anti-Lucas, vous retiendrez au choix son joli but sur un semblant d’occasion ou au contraire ses habituels errements du dernier geste. Du Lucas et rien d’autre.

Ben Arfa (7) : Mais qui a dit qu’il ne pouvait pas jouer 9 ? Alors bien sûr, c’est un 9 à la Zlatan qui décroche beaucoup. Mais au final, il plante ses 2 buts, délivre son caviar pour Pastore, le tout sans aucun repli défensif. Ca ne vous rappelle rien ? Allez, tout cela demeure excellent pour sa confiance et pas besoin de refaire une vidéo pour le clamer.

Pastore (6,5) : Un peu lourdeau sur 2 ou 3 occasions, il a surtout éclairé le jeu par quelques gestes de grande classe, dont sa belle petite balle piquée du 0-4. L’indispensable Maitre à jouer du PSG 2017.

Emery (7) : Gagner un ¼ de finale de Coupe de France 4-0 à l’extérieur n’a pas dû arriver bien souvent dans l’Histoire de la Vielle Dame. Alors bien sûr, le rapport de force lui était largement favorable mais encore faut-il parvenir à maintenir son groupe sous pression pour ce genre de RDV. C’est ce qu’il a fait à merveille en opérant un large turn-over aux bienfaits assurés pour la fin de saison. 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages