Avril 1982 - Marie Laforêt, fille d'ovalie

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

« L'Équipe » archive plus de 12 millions de photos. Chaque semaine, nous débusquons l'un de ces trésors cachés. En avril 1982, Marie Laforêt n'hésitait pas en compagnie, entre autres, de Walter Spanghero à se saisir du ballon de rugby pour promouvoir son dernier film.

Parmi nos innombrables lecteurs, les plus jeunes ignoreront probablement l'identité de la brunette entourée des rapetous improbables de la photo ci-dessus. C'est donc à eux que nous nous adressons en priorité. Celle qui semble filer balle en main s'appelait Marie Laforêt. C'était une chanteuse auteure de nombreux tubes dans les années 1960 et 1970 (Mon amour, mon ami, Il a neigé sur Yesterday, Viens, viens...). On l'a vue également dans les films de René Clément, Henri Verneuil ou Michel Deville, où elle excellait.

Marie Laforêt, qui nous a quittés le 2 novembre 2019, était une femme drôlissime et d'une vive intelligence. Elle aimait aussi passionnément le rugby, ce qui n'était pas courant chez les femmes de cette époque. Il faut dire qu'elle était née Maïtena Douménach à Soulac-sur-Mer, cité de la péninsule du Médoc, à une portée de drop de Bègles, La Teste ou Salles, qui ont toujours disposé d'équipes de terribles gaillards. Elle qui deviendrait marraine de La Voulte, champion de France en 1970, ne manquait pas une occasion de revenir à ses racines aquitaines et à ce sport qui la faisait vibrer.

Aussi accepte-t-elle en 1982 la proposition de Christian Gion (quatrième à gauche sur la photo) de figurer dans son prochain film, Les diplômés du dernier rang. Pourquoi ? D'abord, parce que Gion est un pote, en outre ancien troisième-ligne de Lourdes dont il prendra la présidence entre 1996 et 1998. Ensuite, parce que le film évoque ce jeu en la personne de Patrick Bruel,qui interprète un étudiant rugbyman du PUC tentant de se faire réformer du service militaire. Et, enfin, parce qu'on lui fournit l'occasion de discuter maul pénétrant avec Walter Spanghero, ancien capitaine du quinze de France, qui joue son propre rôle (ici, à sa droite avec le Puciste Yann Le Doré à côté de lui).

Du coup, Marie ne se fait pas prier pour promouvoir le film sur le terrain du stade Pershing, à Vincennes, au printemps 1982. Les diplômés n'a jamais fait la une des Cahiers du cinéma. En revanche Nanarland, blog des mauvais films sympathiques, le tient toujours dans sa plus haute estime.

Retrouvez l'ensemble de nos photos de légende et nos unes mythiques dans notre boutique.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles