Axel Reymond, vice-champion du monde du 25 km remporté par Dario Verani

Axel Reymond, double champion du monde du 25 km, a pris la médaille d'argent à Budapest. (J. Prévost/L'Équipe)

Après plus de cinq heures d'effort et 25 km de course, Axel Reymond a été privé, jeudi à Budapest, du titre mondial lors des 100 derniers mètres par Dario Verani. L'Italien est sacré champion devant le Français et le Hongrois Peter Galicz.

Après plus de cinq heures d'effort (5h2''25 pour le vainqueur) et 25 km de course, Axel Reymond a été privé, jeudi sur le lac Lupa en périphérie de Budapest, d'un triplé mondial (champion en 2017 et 2019) lors des 100 derniers mètres par Dario Verani. Fidèle à sa stratégie, le Français a pris les devants à la mi-course « pour imposer [s]on rythme parce que je trouvais que ça n'avançait pas super » mais la tactique a échoué sur le fil. Le Francilien, battu à la touche (à 1''2), remporte donc la médaille d'argent devant le Hongrois Peter Galicz à près de quatorze secondes (13''9) du vainqueur. « Ce n'est pas la médaille que je voulais mais médaille quand même pour la France, souffle le double champion du monde de la distance (non olympique). Je suis content de ramener ça pour mon pays. »

lire aussi

Le 10 km masculin

Grand favori de l'épreuve, Axel Reymond était clairement l'homme à battre. « Je suis à chaque fois la cible et là, je l'ai vraiment vu puissance 1 000, constate-t-il. Il y avait tout le temps quelqu'un dans ma hanche, dans mes pieds. » Lors du passage de la dernière bouée, il a senti que l'Italien était toujours là et il savait que Dario Verani était meilleur que lui au sprint. « Quand je suis passé sous la bouée, j'ai senti les mains d'un gars sur mes pieds, raconte le Français. J'ai vu que c'était Dario et je me suis dit que ce serait très dur de le battre. Je l'ai vu à l'entraînement, je le connais, Marco (Marc-Antoine Olivier) m'avait prévenu, il est monstrueux. » Mais il a tout donné dans des conditions terribles.

En raison de la chaleur (37 degrés prévus en début d'après-midi et 35 degrés à la fin de la course), le départ avait été avancé de deux heures mais les nageurs ont beaucoup souffert à l'image de Sacha Velly qui a connu une grosse défaillance et fini 19e à 18'20''. « Ça a commencé à être dur à mi-course avec le soleil qui tapait très fort, on sentait l'eau qui montait petit à petit en température. Même moi, à l'intérieur, ça bouillonnait et j'avais vraiment du mal à gérer l'effort, les autres et la chaleur, détaille le vice-champion du monde 2022. Il faisait beaucoup plus chaud qu'en 2017. » Maintenant il va se concentrer sur le travail du 10 km, distance olympique, pour essayer de décrocher sa qualification pour les Jeux de Paris.

lire aussi

Le 10 km féminin

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles