Squash - British Open : bleu horizon

L'Equipe.fr
Souvent à l'aise en Angleterre, Camille Serme et Grégory Gaultier sont de sérieux candidats aux titres du «Wimbledon du squash» qui débute aujourd'hui à Hull.

Souvent à l'aise en Angleterre, Camille Serme et Grégory Gaultier sont de sérieux candidats aux titres du «Wimbledon du squash» qui débute aujourd'hui à Hull.Le «British» a souvent réussi aux Français. En 1996, Julien Bonétat était le premier Tricolore à atteindre le dernier carré. En 2008, Isabelle Stoehr l'imitait. Entre-temps, en 2006, Thierry Lincou était devenu le premier Français finaliste. L'année suivante dans une finale 100 % « Froggies », Grégory Gaultier décrochait la timbale face à Lincou. Gaultier a doublé la mise en 2014 et, l'année suivante, Camille Serme a inscrit la France au palmarès féminin. Cette année, le duo a le doublé en ligne de mire. Depuis le début de l'année, Serme et Gaultier ont montré une forme étincelante. La première a remporté douze matches de rang pour décrocher les titres de New York et Cleveland, avant de s'incliner en demi-finales à Chicago. Le second a enchaîné les titres à Linköping (Suède) et Chicago.À vingt-sept ans, Serme affiche une plénitude technique, tactique, physique et mentale. Quant à son compatriote, à trente-quatre ans ses capacités physiques interpellent. Renan Lavigne, l'entraîneur de l'équipe de France masculine, explique l'exception Gaultier : «Il n'y a pas de secret à sa longévité. Il n'y a pas plus rigoureux que lui sur ses routines, il ne laisse rien au hasard dans son quotidien. Le travail en préparation physique, notamment préventif et sur la posture, effectué depuis dix ans maintenant avec Thomas Adriaens, lui permet de maintenir son état de forme. Il bouge actuellement comme jamais sur le court.»Gaultier vise la place de n°1 mondialLe numéro 3 mondial va jouer gros au nord de l'Angleterre. S'il décroche le titre et qu'Abdel Gawad, le champion du monde, ne se hisse pas en quarts, il deviendra numéro 1 mondial pour la cinquième fois et sera ainsi le plus vieux de l'histoire. Le sommet de la hiérarchie n'est pas immédiatement accessible pour Serme qui n'a pourtant plus qu'une marche à gravir. L'Égyptienne Nour El Sherbini a accumulé trop de points avant le décollage de la Française. Mais la Cristolienne l'a battue deux fois lors de leurs trois dernières rencontres. Dans un contexte aussi relevé que le «British», deuxième tournoi le plus prisé de l'année derrière le Mondial, rien n'est garanti pour le duo français. Mais la dynamique du début de saison va dans leur sens.Gaultier explique : «Je suis rentré deux semaines en France après Chicago pour m'entraîner au CREPS d'Aix-en-Provence, profiter un maximum des partenaires, entraîneur, kinésithérapeutes et mon préparateur physique. Donc je suis plutôt en bonne forme. Ce tournoi est un des trois plus gros objectifs de l'année. Faut pas se poser de questions et foncer.» Même son de cloche chez Camille Serme : «J'ai trois grosses semaines avec le “British” et le Mondial individuel dix jours après. Je ne me focalise pas plus sur l'un que sur l'autre. Comme dit Greg, il faut foncer quoi qu'il arrive ! Et comme je suis plus tôt en forme, j'ai hâte de commencer la compèt'.» «Camille n'a pas de pression particulière», affirme Philippe Signoret, l'entraîneur de l'équipe de France féminine. Des Bleus sans nuages donc...

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages