Bafétimbi Gomis champion d’Asie avec les Saoudiens Al-Hilal

L’attaquant français, Bafétimbi Gomis, a été couronné ce dimanche champion d’Asie avec sa formation d’Al-Hilal. Et il s’est même offert un but.
L’attaquant français, Bafétimbi Gomis, a été couronné ce dimanche champion d’Asie avec sa formation d’Al-Hilal. Et il s’est même offert un but.

A trente-quatre ans, Bafétimbi Gomis vient de remporter son premier trophée continental. Non pas celui d’Europe, mais d’Asie. Ce dimanche, il a participé au succès de sa formation d’Al-Hilal contre les Japonais d’Urawa Red Diamonds en finale de la Ligue des Champions asiatique. Victorieux 1-0 à l’aller, les Saoudiens ont enfoncé le clou au retour et l’ancien Marseillais a été l’un des deux buteurs de la partie (2-0).

Gomis : "Zubizarreta ne voulait pas de moi"

On jouait la 3e minute du temps additionnel lorsque Gomis a trouvé la faille et ce en conclusion d’une action qu’il avait lui-même initiée. Servi dans la surface par le Péruvien Carrillo, il n’a pas manqué son geste et poussé le cuir au fond des filets. Après cette réalisation, qui a définitivement libéré son équipe, l’ancien international tricolore  (12 sélections) est allé effectuer sa fameuse célébration de la Panthère. Il a ensuite éclaté en sanglots, ce qui en dit long sur l’émotion qu’il a ressentie. Ce sacre est un bel aboutissement pour un joueur qui a rencontré beaucoup d’obstacles durant sa carrière. Au coup de sifflet final, Gomis a sauté de joie avec ses partenaires avant de se diriger vers les tribunes et demander un drapeau saoudien.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Primé comme meilleur joueur et meilleur réalisateur de la compétition

Gomis, qui est toujours le seul français auteur d’un quadruplé en C1 européenne, devient le tout premier joueur français vainqueur de la Ligue des Champions asiatique. Une compétition dont il terme également comme meilleur réalisateur et meilleur joueur. De quoi faire taire tous ses contempteurs et qui avaient critiqué son choix de rallier le Golfe. Et en décembre prochain, il va aussi avoir l’honneur de disputer le Mondial des clubs, en se frottant peut-être aux défenses de Flamengo et/ou de Liverpool. Enfin, on peut aussi préciser que lui et ses coéquipiers vont pouvoir se partager un pactole de 4M$ suite à leur triomphe du jour.

Malgré un contexte hostile, Al Hilal est donc allé chercher le titre de champion d’Asie. Le troisième de son histoire après 1991 et 2000. Avant Gomis, Salem Al Dawsari avait ouvert le score dans cette partie en convertissant un service de Sebastian Giovinco. Ce n’est que la 5e fois (en 38 éditions) qu’une équipe saoudienne s’adjuge le trône continental. La dernière fois c’était en 2005 avec Al-Ittihad.

À lire aussi