Sous la baguette de Graham Potter

Il y a d'abord eu le silence, un jour d'hiver, au volant d'une voiture dévorant à toute allure l'autoroute M62 pour se garer, au bout du chemin, sur un parking de Wigan, devant un hôtel. Fin 2009, Graham Potter a 34 ans, il vit à Leeds avec sa femme et travaille à l'université de la ville. Sans le savoir, il s'apprête à prendre un uppercut envoyé par un drôle de type, Daniel Kindberg, venu jusqu'en Angleterre lui parler d'un drôle de coin : Östersund, une ville plantée au milieu des grands plateaux, des massifs et des lacs de la Suède sauvage, où, l'hiver, le soleil ne se lève que deux petites heures par jour. Si Kindberg a grimpé dans un avion, c'est aussi parce que Potter est un drôle de bonhomme, un type à part, un ancien joueur "moyen, quelconque" qui a enchaîné les clubs avant d'être diplômé d'un master en leadership et intelligence émotionnelle. Employé à l'université de Leeds, le natif de la banlieue de…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com