Banderoles homophobes à Montpellier : la tribune des ultras fermée contre le PSG

Lors de Montpellier - Nantes. (D. R.)

La commission de discipline de la LFP a décidé de fermer à titre conservatoire une tribune du stade de la Mosson dans l'attente d'une instruction pour le déploiement de « banderoles à caractère discriminatoire ».

Une tribune du stade de la Mosson de Montpellier sera fermée à titre conservatoire après le déploiement dimanche en Ligue 1 de banderoles à caractère homophobe, a décidé mercredi la commission de discipline de la LFP, qui a placé le dossier en instruction. « La décision (finale) sera rendue à l'issue de la séance du mercredi 8 février 2023 », précise la commission de discipline, réunie trois jours après Montpellier-Nantes (0-3).

L'instruction doit étudier des « incidents », ainsi que « l'usage et les jets d'engins pyrotechniques » et des « banderoles à caractère discriminatoire ». Montpellier recevra donc le Paris SG, le 1er février, sans ses supporters ultras, traditionnellement rassemblés dans cette tribune « Etang de Thau ». Mercredi, trois associations (Stop Homophobie, Mousse et Adhéos) ont déposé plainte pour « injure homophobe » contre les supporters qui brandissaient les banderoles.

Ces injures à caractère homophobe, condamnées lundi par le club de Montpellier, avaient la réaction de la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra, laquelle avait dénoncé des « actes homophobes qui doivent disparaître des enceintes du football et du sport ». Par ailleurs, les joueurs montpelliérains, Elye Wahi et Wahbi Khazri, exclus lors de la rencontre, ont été respectivement sanctionnés de trois matches de suspension dont un avec sursis, et de deux matches de suspension.