Basket - Prépa JO (H) - La France battue par le Japon en match de préparation pour les Jeux de Tokyo

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les Bleus se sont inclinés ce dimanche matin face aux Japonais à Saitama pour leur dernier match de préparation avant leur entrée en lice aux Jeux de Tokyo (81-75). Après avoir tenu la dragée haute à l'Espagne championne du monde, malgré deux défaites (77-86 à Malaga, 79-87 à Paris), en entame de leur préparation, les Bleus, troisièmes de la dernière Coupe du monde, avaient imaginé autre chose, pour leur dernier match avant leur entrée en lice aux Jeux Olympiques (23 juillet-8 août) de Tokyo, qu'une claque face à la 42e nation au classement FIBA. lire aussi Le calendrier du groupe de la France aux Jeux de Tokyo C'est pourtant ce qui s'est produit à Saitama, dimanche matin. Les hommes de Vincent Collet se sont inclinés (75-81) face à un Japon opiniâtre, porté par sa doublette NBA, le joueur des Toronto Raptors Yuta Watanabe (18 points, 9 rebonds), et son futur porte-drapeau, l'ailier de Washington Rui Hachimura (19 points, 7 rebonds).

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Première défaite face au Japon C'est la première fois, en six confrontations, que le Japon, 31e sur 32 de la dernière Coupe du monde, domine la France, qui vient d'enchaîner un quatrième revers en match officiel. Cela ne lui était arrivé qu'une seule fois sous le mandat de Vincent Collet, en 2016, en amont et en ouverture des JO de Rio. La bourde va aller en rejoindre quelques fameuses autres dans le livre d'histoire des maladresses des Bleus, à l'image par exemple de la défaite contre le Liban (73-74) lors du Mondial 2006... au Japon. 4 La France a perdu quatre matches officiels d'affilée (Grande-Bretagne, deux fois l'Espagne, puis le Japon). C'est la première fois que cela lui arrive depuis les JO 2016, où les Bleus avaient enchaîné trois revers en préparation (Croatie, Serbie, Argentine, à Cordoba), suivi d'un quatrième en ouverture à Rio contre l'Australie. Les Bleus ont affiché un double visage lors d'une rencontre débutée à un horaire inhabituel (13h30 heure locale), dans une salle où un public nourri - alors que celui-ci sera interdit dans quelques jours pour les Jeux - a soutenu avec passion son escouade de l'Aube - Akatsuki Five. Les Français ont d'abord cru qu'ils vivraient un après-midi tranquille, bien lancés (12-7, 5e) par la présence intérieure de Rudy Gobert (8 points en premier quart), de retour dans le cinq majeur avec Nicolas Batum. Mais, totalement apathiques en défense et absents dans l'agressivité (5 lancers francs tentés en première mi-temps), ils ont vite pris la marée, impuissants sur le repli face à la vitesse des Japonais.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Douze minutes après cette entame en trompe-l'oeil, ils avaient encaissé un 33 à 10 (22-38, 17e), initié par une belle alternance entre attaques du cercle et shoots longue distance. Dans un secteur où ils auraient pu - dû - dominer le rebond, les Bleus ont longtemps été à la traîne (37-34 au final) et, peu aidés par une adresse longue distance déficiente (9/26, 1/9 à la pause), ils ont compté jusqu'à 17 points de débours (32-49, 22e). Le coup de poignard de Hiejima Secoués, vexés, ils ont alors sonné la révolte. Enfin au diapason défensivement et collectivement, autour d'un Batum au four et au moulin (10 points, 6 rebonds, 5 passes), ils retrouvaient aussi un Evan Fournier incisif en attaque et dans la création (11 points et deux passes décisives en troisième quart, 16 points au final) et comblaient quasiment leur retard à l'entrée du money-time (58-61). L'arrière Makoto Hiejima (15 points), se chargeait de les remettre dans les cordes de deux tirs à 3 points de très haut niveau, dont un avec la faute (58-70, 32e).

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le dernier rush français, emmené Thomas Heurtel (7 points, 4 passes), permettait de recoller (74-74, 37e). Mais Nando De Colo égarait la balle qui aurait permis de repasser devant. Evan Fournier manquait un lancer franc. Timothé Luwawu-Cabarrot se voyait siffler une faute imaginaire qui offrait deux lancers décisifs aux Japonais. Bref, les Bleus étaient partis de trop loin. Et s'ils pourront se raccrocher à leur deuxième mi-temps, et plaider l'avertissement sans frais, au sens où leur tournoi ne débute que dans une semaine, pas sûr que la défaite n'ait pas de lourdes conséquences dans les têtes. Leur ultime match de préparation contre l'Italie ayant été annulé par les autorités pour raisons sanitaires, les Bleus s'avanceront le 25 juillet, sans repères et sans avoir regoûté à la victoire, face à des États-Unis revanchards. Ntilikina ménagé Le meneur de jeu Frank Ntilikina n'est pas entré en jeu lors de la défaie des Bleus face au Japon en raison d'un pépin physique, a indiqué le sélectionneur à l'issue de la partie. « Il ressentait une gêne musculaire, et la jurisprudence, dans ces cas-là, est de ne prendre aucun risque. Il s'est échauffé, le médecin était presque d'accord pour qu'il joue un peu, mais on a préféré, en concertation avec les staffs, de ne pas l'utiliser, pour ne pas prendre le moindre risque. » lire aussi Toute l'actu des Jeux de Tokyo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles