Basket - Bleus - Nicolas Batum après la victoire face aux États-Unis : « Ça fait cinq ans qu'on attend ça »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le capitaine de l'équipe de France est satisfait de la prestation des Bleus face aux États-Unis en quarts de finale du Mondial, mais il appelle ses coéquipiers à rester prudents afin de ne pas se louper face à l'Argentine en demi-finales (vendredi). Nicolas Batum (ailier et capitaine de l'équipe de France, après la victoire face aux États-Unis en quarts de finale) : « On ressent qu'il y a cinq ans on a fait ça, et ensuite on a fait une erreur monumentale. On s'est dit qu'il ne fallait pas montrer de joie, on ne montre rien. Ok on a battu les Américains mais c'est juste un quart de finale. En 2014 on bat l'Espagne et contre la Serbie on a manqué une opportunité. Ça fait cinq ans qu'on attend ça avec Evan (Fournier). Là on fait un gros quart contre une énorme équipe. C'est un exploit certes, mais on n'a rien fait. On n'a aucune médaille autour du cou. Faut rester concentrés. Frank (Ntilikina) a été énorme sur Kemba (Walker). Il était la cible. Il a fait une Thomas Heurtel d'il y a cinq ans. [...] L'aspect historique c'est si on fait quelque chose jusqu'au bout. On va être focus sur l'Argentine. Il ne faut pas s'enflammer, rester humble. [...] On fait un bon boulot pendant 35 minutes. Sur 5 minutes de battements, ils repassent devant. Dans le dernier quart-temps on a serré la vis. » Andrew Albicy (meneur de l'équipe de France) : « C'est incroyable ce qu'on a fait. Peu y croyaient malgré les messages de soutien. On est restés unis, on est resté ensemble et on l'a fait. C'est un gros moment. Mais comme ont dit nos leaders, on a fait un gros travail, contre Argentine rien n'est gagné, il ne faut pas s'en contenter. On n'a rien gagné mais ça fait du bien au moral. Il faut mettre cette même rage contre l'Argentine pour gagner une médaille. » Le débrief de France-États-Unis par Yann Bonato : « Je n'ai jamais vu un jeu aussi direct » Amath Mbaye (ailier de l'équipe de France) : « Je suis trop content, même si on n'est pas encore là où on veut. L'objectif n'était pas de battre les USA, mais c'est une étape que l'on devait franchir, on le savait. C'est bien de l'avoir fait à ce stade de la compétition. Le mental, on l'a, le staff comme les joueurs. Sur le terrain, on a des joueurs d'expérience qui connaissent ce genre de situation. Ils ont contrôlé la situation parfaitement. Depuis le début de la compétition, depuis qu'on est arrivés en Chine, on se met dans la tête qu'on va défendre dur, qu'on va partager la balle et proposer un beau basket. Ce soir, on a tous été énormes. C'est dur de réaliser l'ampleur de ce match, ça va sans doute arriver plus tard, mais on sait surtout qu'il reste encore deux matches. Ça ne sera historique que si on gagne cette Coupe du monde. » Les notes du match États-Unis - France Nando De Colo (arrière de l'équipe de France) : « On s'est beaucoup reposés sur notre esprit d'équipe. Je répète sans cesse aux joueurs qu'on aura chaque soir des bons moments et d'autres plus difficiles, il faut juste réussir à les dépasser. Ce soir, ce qui est arrivé dans le 3e quart-temps, ça peut nous arriver parce que personne n'est parfait, mais derrière on est restés concentrés. C'est ça le plus important et qui fait notre force cette année. Il faut montrer qu'on va se battre jusqu'à la fin. Evidemment, ça aide quand on rentre des gros shoots, comme Frank (Ntilikina) et Evan (Fournier) l'ont fait. On a des individualités pour faire la différence, mais sans collectif, le match, il est perdu. On était bien préparés. On s'en foutait de ce qui pouvait se passer en dehors du terrain, on était concentrés sur notre objectif et on savait qu'on allait à un moment ou à un autre sur les USA. Ce (mercredi) soir, c'est une grosse victoire, on ne s'en rend pas encore bien compte, mais ce n'est pas la finale et elle ne nous ramène aucune médaille. Il faut se concentrer sur ce qui nous attend. » Le programme des demi-finales

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi