Basket - Bleus - Vincent Collet après la défaite des Bleus contre l'Espagne : « Le groupe a la volonté de s'améliorer »

·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le sélectionneur de l'équipe de France Vincent Collet a apprécié le match livré par son équipe face à l'Espagne samedi, à Bercy, malgré la défaite (79-87). Vincent Collet (sélectionneur de l'équipe de France, battue à domicile samedi soir par l'Espagne 79-87) : « Il y a beaucoup de choses à retenir. D'abord dans le déroulement. Après avoir été dominés dans le deuxième quart à la suite d'une très bonne entame, on a perdu le rythme, sur la rentrée de nos nouveaux joueurs, qui n'ont pas fait un seul entraînement avec nous. On a mieux joué en seconde mi-temps avec davantage de passes et de solutions. lire aussi Rubio éteint les Bleus Pour notre adresse à trois points, ce 5/22 famélique, il y a deux aspects : des tirs forcés, sur lesquels tu ne te donnes pas beaucoup de chances face à l'Espagne. On a eu aussi beaucoup de tirs ouverts. Les mauvaises soirées, ça fait partie du jeu. Même quand ça arrive, ce n'est pas une raison pour changer de façon de jouer. On l'a trop fait. On était en retrait dans le domaine de l'agressivité, ensuite ça nous a permis de revenir petit à petit, et même passer devant. Je trouve ça positif par rapport à la qualité de l'adversaire. Vincent Collet, sélectionneur de l'équipe de France. «Quand une équipe rend le jeu difficile, il faut plus de patience de mouvement pour créer la séparation que tu n'obtiens pas aussi facilement. » On a, à nouveau, manqué de maturité. On n'a pas la même capacité à encaisser l'agressivité que les Espagnols. Quand on les touche, ils jouent normalement. Nous, on s'agace et on retombe dans les travers individuels. Quand une équipe rend le jeu difficile, il faut plus de patience de mouvement pour créer la séparation que tu n'obtiens pas aussi facilement. Les Espagnols ont sur le faire jusqu'au bout. La magie de Ricky Rubio a opéré sur la fin de match. On va travailler dès le début d'Oshino (les Bleus partiront pour le Japon mercredi soir) une deuxième défense pour les moments où on sera confrontés à ce type de joueur. L'intégration de Rudy (Gobert) et Nico (Batum) va bonifier l'équipe, même s'ils ont en seconde mi-temps montré de belles choses. Le groupe a la volonté de s'améliorer. Je suis sûr que ces deux matches-là, c'est une bonne leçon. On ne peut qu'en sortir renforcé. À nous d'utiliser jeudi et ce (samedi) soir pour être plus forts au début des Jeux dans 15 jours. lire aussi Evan Fournier : « On n'est pas au complet » Frank Ntilikina (meneur de l'équipe de France) : « Il y a beaucoup d'enseignements à tirer de cette rencontre, sur celle de Malaga aussi. On est bien sûr déçus mais quand on regarde notre niveau, on a appris beaucoup de choses. Ça fait deux semaines qu'on se prépare, Nico (Batum) et Rudy (Gobert) nous ont rejoints seulement aujourd'hui (samedi). On a beaucoup travaillé sur nos automatismes. C'était vraiment très intéressant pour la suite. Défensivement, ce qui nous a reboostés, c'est de mettre de l'intensité. La pression nous a permis de prendre un rythme pour jouer mieux ensemble. On a vu une progression sur la seconde mi-temps. Ils ont eu deux matches de préparation de plus que nous. À nous de nous ajuster pour plus tard. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles