Basket - CdF (H) - Deuxième Coupe de France pour Nanterre, Heiko Schaffartzik intenable en finale

L'Equipe.fr
Le meneur de jeu et capitaine de la JSF Nanterre, Heiko Schaffartzik, sera bien au club la saison prochaine a indiqué son équipe sur les réseaux sociaux.

Trois jours avant sa finale retour de Fiba Europe Cup, Nanterre a enlevé sa deuxième Coupe de France en balayant (96-79) Le Mans à Bercy, dans le sillage du duo Schaffartizk-Warren (50 points).Séparé d'Erman Kunter en février, éliminé dès les huitièmes de finale de la Ligue des champions en mars et toujours à la peine en Championnat en avril, Le Mans comptait sur la Coupe de France pour sauver sa saison et «faire taire les médisants», dixit son entraîneur Alexandre Ménard. Un temps, les prouesses répétées de son meneur Giordan Watson, brillant en première période (12 points, 3 rebonds, 3 passes), lui ont permis de s'accrocher après une entame poussive (2-11, 4e). Mais un temps seulement, une dizaine de minutes tout au plus.Pas franchement inspirés en attaque, souvent brouillons, les joueurs sarthois ont surtout été incapables de contenir les gâchettes franciliennes en défense. Dans le rôle des bourreaux, Chris Warren (26 points, 6 rebonds, 6 passes) et Heiko Schaffartzik (24 points) ont tour à tour réussi des tirs plus difficiles les uns que les autres et écœuré leurs adversaires, dont la frustration augmenta à mesure que l'écart grimpait - jusqu'à 20 points (82-62, 35e) au milieu du dernier quart-temps. Jamais mené, Nanterre a dicté le tempo de la partie de la première à la dernière minute, au cœur d'une semaine éreintante et peut-être historique. Le Mans, lui, «n'a vraiment pas fait ce que le coach avait demandé», dixit Gelabale, a été «bombardé de partout» et «explosé» en seconde période. Le joueur : Heiko SchaffartzikChris Warren avait tout d'un MVP samedi, à Bercy. Auteur des cinq premiers points de son équipe (26 au total), l'arrière américain a porté les siens dans le premier quart-temps, alors même que son entraîneur qualifiait l'entame de «capitale» avant la rencontre. Mais si Nanterre a vécu une fin de match tranquille, il le doit surtout à son international allemand, brillant d'adresse (8/11 de loin) et inarrêtable au retour des vestiaires. Auteur de la moitié de ses points (12/24) dans le seul troisième quart-temps, il a permis à son équipe de maintenir son avance au-dessus des 10 points, la faisant même grimper à 16 unités à moins de trois minutes du buzzer.La suite : et maintenant, la Fiba Europe Cup ?Ce n'est pas la compétition européenne la plus prestigieuse, loin de là, mais un titre est un titre, et Nanterre aura l'occasion d'en enlever un second en trois jours dès mardi, sur son parquet, face à Chalon-sur-Saône. Au match aller, les deux équipes n'avaient pu se départager (58-58) au Colisée.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages