Basket - Le CHU de Tours, reconnu coupable d'une erreur médicale, devra dédommager la famille de Thierry Rupert

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

La justice a confirmé la responsabilité de l'hôpital dans le mort de l'ex-international français en 2013, à l'âge de 35 ans. Le CHU de Tours devra verser 20 000 euros à sa famille. L'intérieur français Thierry Rupert, prématurément décédé le 10 février 2013 (à 35 ans), suite à des complications après une opération cardiaque, avait été pris en charge par le CHU de Tours. Les médecins ayant la charge du joueur lui avaient alors administré un anesthésique, le Thiopental, sans tenir compte des effets secondaires et contre-indications de ce médicament. La faute médicale retenue Ce qui avait constitué « un facteur d'aggravation de l'insuffisance respiratoire et donc de l'anoxie cérébrale dont le patient a été atteint, à l'origine de l'état neurovégétatif dans lequel il s'est trouvé jusqu'à son décès. Dans ces conditions, la faute médicale commise au cours de l'intervention doit être retenue », comme l'expose l'arrêt rendu public le 22 janvier 2021 par la Cour administrative d'appel de Nantes, confirmant le rendu du tribunal administratif d'Orléans en première instance (le 10 janvier 2019). En fonction de quoi, la famille du joueur, sa femme Elham et ses deux enfants Iliana (joueuse à Bourges) et Rayan (joueur du Pôle France), sera dédommagée à hauteur de 20 000 euros, une somme bien inférieure à celle demandée en appel (à hauteur de 430 000 euros). lire aussi Toute l'actu basket