Basket - Coupe (H) - Coupes de France : les finales à l'AccorHotels Arena menacées ?

L'Equipe.fr
L’Equipe

Les mesures gouvernementales liées à l'épidémie de coronavirus pourraient impacter l'organisation des finales de Coupes de France, prévues à l'AccorHotels Arena les 24 et 25 avril prochain. La Fédération Française reste suspendue à l'évolution de la situation. Les finales des Coupes de France, prévues les 24 et 25 avril prochain, pourront-elles se tenir à l'AccorHotels Arena ? Impossible à savoir à six semaines de la tenue de l'événement dans la salle parisienne alors que l'épidémie de coronavirus, étendue en Europe, pousse à divers reports ou annulations d'événements. L'actualité liée au coronavirus Contactée, la Fédération Française de basket (FFBB) a indiqué qu'elle avait d'ores et déjà fermé la billetterie pour les finales hommes et femmes (le 25 avril) en raison de la restriction gouvernementale qui limite à 5 000 le nombre de spectateurs présents dans une enceinte close. Les quarts de finale et demi-finales seront disputés dans deux semaines, à Trélazé (Maine-et-Loire). « Nous évoluons vraiment au jour le jour sur ce dossier, nous indiquait le directeur marketing et communication de la fédération Raymond Bauriaud. On peut difficilement se projeter. Ce qui est certain, c'est que si la situation actuelle ne devait pas évoluer, nous sommes partis pour disputer ces finales à l'AccorHotels Arena, en respectant la restriction du nombre de spectateurs. Nous avons déjà atteint la limite de demandes de places donc il n'est plus possible de s'en procurer. » Quelles seraient les conséquences d'un passage au stade 3 de l'épidémie ? « Là encore impossible de savoir, ajoute Bauriaud. Le gouvernement peut décider qu'il n'y a plus lieu de limiter le nombre de spectateurs présents tout comme nous pourrions être forcés de jouer à huis clos ou tout simplement de reporter les finales.  » Le bureau fédéral doit se réunir la semaine prochaine avec les responsables de l'AccorHotels Arena « afin de se préparer à toutes les éventualités », et notamment étudier l'organisation de six matches dans l'écrin malgré un taux de remplissage qui ne dépassera pas les 33 % (15 000 places en mode basket). « Nous avons un contrat avec AccorHotels, concluait Bauriaud. Nous devons discuter avec eux de la conduite à tenir. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi