Basket - ESP - Les play-offs s'éloignent pour Estudiantes et Edwin Jackson

L'Equipe.fr
Dominé sur le fil (70-76) par le Vitoria de Kim Tillie et Rodrigue Beaubois, l'Estudiantes Madrid voit s'éloigner ses espoirs de qualification pour les play-offs.

Dominé sur le fil (70-76) par le Vitoria de Kim Tillie et Rodrigue Beaubois, l'Estudiantes Madrid voit s'éloigner ses espoirs de qualification pour les play-offs.L’Estudiantes Madrid a laissé passer une belle opportunité de se rapprocher de la zone des play-offs en Liga espagnole en s’inclinant dimanche soir face à l'armada Euroligue de Vitoria (70-76). Le club basque, après sa défaite de jeudi en Euroligue face au Panathinaïkos (63-72), attendait une réaction d'orgueil de son équipe.Le club d’Edwin Jackson avait pourtant démarré pied au plancher, les 13500 socios présents dans la salle galvanisés par un hommage à la grande génération de l’Estudiantes Madrid de l’année 1991-1992. Le club avait ressorti de sa vitrine le trophée de la Coupe du Roi conquis cette année-là par les Alfonso Reyes, Alberto Herreros… Comme habité par cette atmosphère nostalgique, dans ce Palacio de Deportes de Madrid où lui-même a déjà vécu un grand moment, l’élimination de l’Espagne en quarts de finale de son Mondial 2014 par l’équipe de France, Edwin Jackson était survolté dès l’entame.S’infiltrant dans tous les intervalles, attaquant l’arceau sans relâche et enchaînant les tirs de haut niveau, flotteurs, shoots face au cercle, en déséquilibre, avec la planche, le meilleur scoreur de Liga ACB (23 pts par match) faisait valoir son statut. 12 points dans le seul premier quart, et Estudiantes s’envolait (20-8, 9e). Sur son dernier tir réussi du quart-temps, le speaker, en français, lançait un : «Respect, s’il vous plaît», aux tribunes enamourées, qui hurlaient de leur côté des «M-V-P ! M-V-P !»Début vite balayé par le banc à rallonge et la supériorité intrinsèque des stars de Vitoria, quasiment toutes au pédigrée NBA. Surtout quand les titulaires madrilènes devaient aller souffler quelque peu sur le banc. Débordés par l’impressionnante démonstration technique du géant géorgien Tornike Shengelia (21 pts, 9 rbds en 24 min), et les prouesses individuelles du meneur Shane Larkin (20 pts), ils cédaient peu à peu (28-34 à la pause) et allaient courir après le score le reste du match. La remontada de la fin de match (de 52-61 à 62-61) ne suffirait pas.«Face à une équipe d’Euroligue comme Vitoria, qui nous avait distancés de quatorze points à un moment, ç’a été très dur pour nous, constatait l’entraîneur d’Estudiantes, Salva Maldonado. Mais je suis fier de l’équipe. On a montré qu’on était prêts à jouer une équipe de ce niveau. Et Edwin (Jackson) a encore fait un gros match offensivement.» Des trois Français qui croisaient le fer dimanche, Jackson a en effet été le plus en vue, avec au final 24 points à 9 sur 17 au tir, assortis de 5 rebonds, 1 passe décisive et 5 fautes provoquées. Insuffisant au final.Les deux Frenchies de Vitoria, Kim Tillie et Rodrigue Beaubois, avaient quant à eux réintégré le cinq majeur. Mais cela ne leur a pas forcément réussi. Si le premier a été précieux au final (7 pts, 2 rebonds), le second, actuellement dans une mauvaise passe, n’a pas réussi à sortir la tête de l’eau (0 points en 10 minutes, -4 d’évaluation). Le résultat du soir permet à Vitoria de s'accrocher au podium du Championnat espagnol, tandis qu'Estudiantes rétrograde à la 12e place (10 victoires-15 défaites).

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages