Basket - Euro (F) - La Serbie va retrouver les Bleues en finale de l'Euro

·3 min de lecture

La Serbie s'est propulsée en finale après une victoire à l'arraché face aux Belges (74-73). Les filles de Marina Maljkovic vont retrouver la France en finale. Elles avaient battu les Bleues en finale de l'Euro 2015 (76-68). Elles étaient les seules de ce dernier carré à avoir disputé deux prolongations dans cet Euro (contre l'Italie, puis contre l'Espagne), et pourtant les Serbes semblaient plus en jambes dès l'entame du match face aux Belges. Plus agressive et dans la foulée de la réussite offensive d'Aleksandra Crvendakic (9 pts dans le premier quart), la Serbie posait d'abord sa main sur le match. À l'image de leur pivot et arme fatale Emma Meesseman en difficulté, la Belgique était dépassée (13-4,5e). Il faut dire que les filles de Marina Maljkovic s'étaient mis en tête de défendre, ce qui leur arrive, et les Belges avaient beaucoup de mal à monter la balle et à trouver des failles sous la pression défensive de leur adversaire. Rien d'étonnant donc à ce que la Serbie vire en tête à la fin du premier quart. Mais cette équipe des « Belgian Cats » a beaucoup de mental et en continuant à faire bouger le ballon, dans la lignée du jeu collectif qui les caractérise, les Belges s'attachaient à mettre sur orbite leurs shooteuses. Un choix payant puisque grâce à Hanne et Kim Mestdagh, mais surtout Julie Allemand, la Belgique refaisait son retard à coups de tirs primés. Les Serbes accusaient le coup dans le deuxième quart (9-19) et alors qu'elles s'abîmaient derrière la ligne à trois points, les Belges, elles, avaient des ailes et revenaient à hauteur (29-29, 18e). Si bien que malgré Meesseman au compteur vierge, la Belgique virait entête au repos (32-36) avec 60 % d'adresse primée. Une fin de match haletante Mais l'adresse est une donnée volatile, et c'était mal connaître les Serbes que de penser qu'elles allaient rester sans réaction. Par Tina Krasjisnik et Sonja Vasic, la Serbie retrouvait de l'agressivité offensive, plus de rigueur défensive et resserrait son rebond pour partir en chasse de Belges qui s'étaient légèrement détachées (50-54, 28e). Les Serbes revenaient à hauteur (6 3-63, 36e) et le match changeait d'âme. L'adresse des Belges descendait et même avec une Ana Dabovic en petite forme, la Serbie prenait l'ascendant. Le match était serré dans le money-time (67-65, 38e), mais un tir primé de Sonja Vasic dans la dernière minute (69-65, 39e) réduisait les espoirs belges de victoire.
lire aussi Cinquième finale de suite pour les Bleues lire aussi Les tops/flops de France-Biélorussie Jovanovic enquillait ensuite deux lancers (71-67). Mais après un temps mort, Julie Allemand trouvait Kiara Linskens pour espérer encore à quinze secondes de la fin (71-69). D'autant que Jovanovic, sur la ligne des lancers, n'en convertissait qu'un (72-69) avec six secondes à jouer, alors que Kiara Linskens, blessée dans un choc au rebond, restait à terre. Sur la faute sifflée, Hanne Mestdagh ratait un lancer aussi. Dans ce chassé-croisé aux lancers, la Serbie restait devant (74-70) mais prenait un méchant coup de buis sur un tir primé foudroyant de Kim Mestdagh (74-73) à une seconde de la fin. Dans un match devenu crispant et étouffant, l'arrière belge récidivait sur une remise en jeu, pensant inscrire le panier de la victoire, mais les arbitres annulaient car le shoot était pris hors du temps réglementaire. Les Belges échouent d'un souffle et la Serbie retrouvera les Bleues en finale dimanche soir. « Je suis heureuse, je veux féliciter mon collègue belge, moi, j'aime les deux pays, ce sont mes deux pays. Et ma collègue Valérie Garnier a fait une très bonne sélection. Ça va être un match spécial, une finale toujours spéciale, » déclarait Marina Maljkovic, la coach serbe. Nul doute en effet que la France, et sa sélectionneuse, n'ont pas oublié cette finale perdue en 2015.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles