Basket - Euro (F) - Valériane Vukosavljevic (France) : « C'est une première étape de franchie » dans cet Euro

·2 min de lecture

L'ailière Valériane Vukosavljevic se réjouissait de la profondeur de banc de l'équipe de France, qui a permis aux Bleues d'étouffer la Russie dimanche, en fin de match (85-59). Valériane Vukosavljevic, ailière de l'équipe de France, qualifiée pour les quarts de l'Euro après sa victoire face à la Russie (85-50) : « On a fait les matches qu'il fallait pour finir premières. C'est une première étape de franchie. Il nous reste beaucoup de choses à travailler, il nous reste des lacunes. On a deux jours. On commence nos matches comme on les finit, on ne va pas commencer à 20-0, les équipes en face sont fraîches, elles sont pas fatiguées. On est une des équipes à abattre de la compétition, on est à domicile. Chaque équipe a ses armes. C'est difficile pour tout le monde. On fait vraiment le boulot, on maintient notre rythme, ce sont les autres équipes qui faiblissent un peu. On arrive à maintenir nos cadres sur des temps de jeu réduits et maintenir l'intensité en changeant de cinq. On ne jouera peut-être pas à douze toute la compétition mais quand on en a l'opportunité et qu'on arrive à finir à +20 en finissant à douze, on va s'en servir. Je suis pas inquiète sur notre manque d'adresse, les organismes commencent à fatiguer, c'était notre troisième match en quatre jours. Il y a des jours où ça rentrera, d'autres pas, on s'adaptera. » lire aussi Les Bleues filent en quarts Valérie Garnier, sélectionneuse de l'équipe de France : « C'est toujours difficile pour une équipe de jouer contre la France quand on défend comme ça : on les a contrôlées sous le cercle. On a été intenses en défense mais aussi en attaque où on a provoqué beaucoup de fautes. Le deuxième quart, qu'on gagne 20-4 nous a lancés sur la bonne trajectoire. On a été en difficulté dans le premier quart, mais on a su s'ajuster. On savait l'importance de rester de ce côté-ci du tableau. Nous, on ne se projette pas plus, on va être focus sur le quart de finale. » Alexia Chartereau, intérieure de l'équipe de France : « On savait que c'était le match le plus dur de cet Euro, le match crucial pour la première place. On a bien réussi à bloquer leur rebond et leurs joueuses intérieures qui sont très fortes depuis le début de la compétition. On fait la différence en continuant à défendre, avec ce travail de rouleau compresseur, un vrai travail collectif. C'est important car on sait qu'on ne va pas gagner tous les matches de vingt points, qu'il va y avoir des matches serrés. Celui-là l'a été longtemps. Mais nous sommes fières de l'avoir gagné et de terminer à la première place de notre groupe. » lire aussi L'Espagne doit disputer un barrage

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles