Basket - Eurocoupe (H) - Monaco se hisse en finale en gagnant aux Canaries

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

La « Roca Team » disputera la finale de l'Eurocoupe après avoir gagné la demie retour à Gran Canaria à l'issue d'une fin de match rocambolesque (74-76). Les Monégasques se rapprochent également d'une qualification en Euroligue. Lundi prochain, les supporters les plus fervents du Zenit Saint-Petersbourg ne seront pas russes, mais monégasques. Leur équipe, l'AS Monaco, est qualifiée pour la finale de l'Eurocoupe, dont les deux participants accéderont la saison prochaine à l'Euroligue... à une condition : que Valence ne participe pas cette année aux play-offs de la « C1 ». Dans le cas inverse, un des deux billets pour la reine des Coupes d'Europe reviendra aux Espagnols et seul le vainqueur de la « C2 » sera promu. lire aussi Le tableau de l'Eurocoupe Pour que Valence soit éliminé de l'Euroligue, et Monaco d'ores et déjà qualifié, il faut que le Zenit remporte lundi son ultime match en retard contre le Panathinaikos... Splendeur et complexité des règlements des Coupes d'Europe. En attendant lundi soir, la Roca Team va pouvoir se consacrer ce week-end à un plaisir simple, immémorial : savourer sa victoire à Las Palmas, sur le parquet de Gran Canaria (74-76), trois jours après en avoir fait de même dans salle Gaston-Médecin (82-77). Rob Gray inscrit le panier décisif Ce succès en demi-finale retour, la Roca Team l'a vu venir assez tôt, quand elle a compté jusqu'à 13 points d'avance au coeur du troisième quart-temps (41-54, 26e). Mais elle a aussi pu croire à plusieurs reprises qu'il lui échapperait. Elle a vu les Insulaires revenir à leur hauteur une première fois dans la dernière période (59-59, 33e), puis une deuxième quand Andrew Albicy a réussi trois lancers francs généreusement accordés pour une faute au milieu du terrain à trois secondes de la fin (74-74). L'équipe de Zvezdan Mitrovic a craint que Gran Canaria ne recolle une troisième fois lorsque les arbitres ont donné deux derniers dixièmes à jouer après un panier qu'on crut d'abord au buzzer réussi par l'arrière américain Rob Gray. Mais la claquette (seule action possible dans un laps de temps aussi réduit) tentée par le Nigérian Stan Okoye a rebondi sur le cercle.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Alors et seulement alors, les Monégasques ont pu lâcher leurs émotions, telles les larmes de Damien Inglis et le soulagement de Marcos Knight, le meilleur joueur de l'ASM vendredi (17 points, 8 rebonds, 5 passes), qui saluait « une victoire du coeur, une victoire d'équipe ». Ils disputeront à la fin du mois, face à Kazan ou la Virtus Bologne, la deuxième finale européenne (match aller le 27 avril) de l'histoire du club princier après celle perdue en 2018 en Ligue des Champions. Qu'importe finalement qu'il y ait ou non un billet d'Euroligue à valider, son parcours mériterait bien une coupe. lire aussi Une belle entre Bologne et Kazan