Basket - Euroligue (F) - C'est fini pour l'Asvel en Euroligue, malgré sa victoire à Sopron

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Les Lyonnaises sont éliminées de l'Euroligue, après avoir pourtant infligé à Sopron sa première défaite européenne (62-75) ce vendredi. Le défi était énorme pour Asvel féminin, surtout sans la présence de son ailière Alysha Clark, blessée (entorse d'un pied), et absente pour les quarts. Durement étrillées lors du match aller (94-66) mercredi par une équipe hongroise alors invaincue (7m-7v), les Lyonnaises devaient s'imposer de vingt-neuf points pour mériter leur ticket pour le Final Four. Elles n'en ont pas été loin. En effet, entrées dans le match avec l'agressivité et l'intensité défensive qui leur avaient fait défaut mercredi, elles ont sauté à la gorge de Sopron, qui n'a pu dérouler son jeu, à l'image de Gaby Williams, infernale mercredi (24 pts, 5 rbds) et muselée par la défense des Lionnes vendredi soir (11 pts à 25,8 %).

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À l'inverse, dopées par leur impact défensif, les filles de Demory, dans la foulée d'une Marine Johannès retrouvée (16 pts, 5 rbds, 4 passes) ont vite pris le large, portées par leur collectif, si bien qu'elles n'étaient pas loin de réussir l'insensé dans le troisième quart (37-59, 27e). Mais elles ont manqué de consistance et de ressources devant le forcing des Hongroises dans le dernier quart. Sopron était battu, oui, mais les Hongroises iront au Final Four. lire aussi Calendrier/résultats de l'Euroligue (F) L'Asvel quitte l'Euroligue sur un bilan positif (5V-3d), mais sans avoir franchi un cap dans la compétition. Elle, devra se recentrer sur son jeu, et sur son autre objectif, le titre. Mais le retour aux affaires du championnat ne sera pas si simple, face à des prétendants comme Bourges, toujours invaincu, auteur d'une performance énorme -17 matches 17 victoires- et à Basket Landes en embuscade à la deuxième place du championnat. Il lui faudra retrouver aussi un contexte de travail serein, qui a été un peu bousculé fin février, par l'annonce de l'éventualité du remplacement du coach Valery Demory, par Pierre Vincent actuellement à Schio.