Basket - Euroligue (H) - « Cette Arena est un grand pas en avant pour le projet de l'Asvel », estime Tony Parker

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Le conseil de la Métropole de Lyon a validé mardi la construction de l'Arena à Décines. Une très bonne nouvelle pour le patron de l'Asvel, dans sa quête de devenir à la rentrée prochaine une franchise en Euroligue. « Le conseil de la Métropole de Lyon a approuvé mardi la construction de l'Arena à Décines, au pied du grand stade de l'OL. C'est évidemment une bonne nouvelle pour l'Asvel, qui doit y jouer ses matches européens à partir de 2023 ?
Cette Arena est un grand pas en avant pour le projet de l'Asvel. Quand tu vois le décompte des votes, avec 104 voix pour et 12 contre, on est vraiment content parce qu'on essaie de faire un beau projet pour la métropole. On a lu pourtant lu que cela avait été obtenu dans la douleur...
Je n'ai pas compris. Au vu des résultats, ça me semble plus que positif. Je pense qu'on a un vrai soutien de toute la métropole et de toute la région lyonnaise. La construction de l'Arena validée, c'est surtout un gage précieux vis-à-vis de l'Euroligue, afin d'obtenir le statut de franchise et donc la « licence à vie » dans la première compétition européenne ?
Bien sûr ! L'Euroligue m'a appelé dès aujourd'hui (mercredi). Ils attendaient cela. On approche de la ligne d'arrivée. J'ai une réunion avec l'Euroligue la semaine prochaine, j'espère avoir de bonnes nouvelles. On avait une wild-card de deux ans, ils doivent nous donner une réponse dans l'année. Je leur ai dit que, dans la construction de notre projet, ce serait sympa de le savoir assez tôt. Ça nous permettrait de nous préparer. Ce ne sont pas les mêmes investissements si tu es engagé en Euroligue ou pas. Avec ce vote pour la salle, j'espère qu'on aura une réponse en janvier plutôt qu'en juin, pour qu'on puisse se préparer. Mais tout avance positivement. lire aussi Toute l'actu de l'Euroligue Vous avez dû évoquer cela avec le patron de l'OL, Jean-Michel Aulas. Comment a-t-il réagi ?
Il était content, même si tout cela a été très atténué par le décès de Gérard Houllier, qui était un ami très proche de Jean-Michel. Moi-même, j'étais en vacances avec Gérard et Jean-Michel au mois d'août. On a perdu un personnage unique et les conversations avec lui vont me manquer. Dans la stratégie, la vision, c'était quelqu'un de très brillant. Les aides de l'État ? « Je veux voir ce qui va être décidé en janvier » On vous a beaucoup vu sur le front du sport français ces dernières semaines. Au final, les quatre millions attribués aux sports de salle (basket, hand, volley, hockey sur glace) sur les 107 alloués au sport professionnel sont un maigre butin, non ?
On le savait déjà. C'était ma crainte que l'on n'ait pas beaucoup à se partager. Maintenant, je veux voir ce qui va être décidé en janvier. On a été exonérés (de charges patronales) sur les trois derniers mois, c'est quand même positif. Le gouvernement et le président sont sensibles à ce qu'il se passe dans le monde du sport. Les décisions qui vont être prises en janvier vont être très importantes. Est-ce qu'on va être exonéré jusqu'en juin, les aides vont-elles être maintenues, voire augmentées ? Pour ce qui est du basket plus spécifiquement, il y aura l'année prochaine la renégociation du contrat télé pour l'Euroligue (diffusée actuellement sur RMC, contrat qui arrive à échéance à la fin de cette saison). C'est aussi un gros enjeu pour l'Asvel ?
C'est un gros sujet pour nous. C'est aussi pour cela que j'aimerais avoir une annonce assez rapide du côté de l'Euroligue, pour que l'on puisse ensuite entrer dans les négociations avec RMC ou d'autres. Je pense que ces négociations-là doivent commencer en janvier. Les droits télés sont des revenus importants pour être performants en Euroligue. Cette année, on a 500.000 euros. Quand on sera une franchise, on pourra bénéficier à plein du contrat télé et cela peut monter entre 1,5 et 2 millions. C'est un gros enjeu pour nous. »