Basket - Euroligue (H) - Asvel - T. J. Parker (Asvel) après la défaite contre le Barça : « Ce n'était pas mission impossible »

·2 min de lecture

T.J. Parker, l'entraîneur de l'Asvel, vaincue par Barcelone vendredi soir à l'Astroballe (60-80), préférait oublier une soirée difficile, encore complexifiée par les deux cas de Covid venus s'ajouter à une infirmerie affichant déjà complet. TJ Parker (entraîneur de l'Asvel après la défaite contre le FC Barcelone, 60-80) : « Bravo à Barcelone, qui a mis une grosse intensité. On a laissé trop de rebonds offensifs (16) pour espérer exister. Cela leur a offert des secondes chances qu'ils ont converties presque à chaque opportunité, notamment par Nicolas Laprovittola, qui a été exceptionnel. Contre des équipes de ce niveau, on ne peut pas se le permettre. Même si deux cas de Covid (Knight, Osetkowski) sont venus s'ajouter à l'infirmerie (Diot, Lighty, Morgan, Wembanyama), ce n'était pas mission impossible. On a bien débuté et tenu jusqu'au coeur du troisième quart (47-51, 26e). Mais c'est dur de s'adapter à 24 heures du match, avec un seul poste 4. Et ça va être comme ça un moment, puisqu'on ne récupérera personne avant début décembre. Il va falloir que tout le monde soit bon et qu'on trouve des solutions. On aura quelques jours, après Boulogne-Levallois, dimanche, qui est quand même un match pour la première place du Championnat, pour se retaper et relever la tête. Mais pour l'instant, j'ai dit aux joueurs qu'il fallait appuyer sur « Delete », supprimer ce match dans la tête et passer à autre chose. On n'a pas le choix. » Sarunas Jasikevicius, entraîneur du FC Barcelone. « Sur le plan de jeu, on a fait comme toutes les équipes qui jouent l'Asvel, il fallait contrôler Chris Jones et Elie Okobo. » Sarunas Jasikevicius (entraîneur du FC Barcelone) : « On a joué un basket solide. La performance de Nicolas Laprovittola (25 points, 7/12 à 3 points, 7 rebonds) a évidemment changé le match et facilité les choses pour nous. Ça a été un beau moment de voir les fans de l'Asvel l'applaudir quand il a quitté le terrain pour rejoindre le banc. On ne voit pas ça si souvent. Sur le plan de jeu, on a fait comme toutes les équipes qui jouent l'Asvel, il fallait contrôler Chris Jones et Elie Okobo. Pour le reste, nous sommes heureux, mais il faut passer à autre chose, on a un match dans quarante-huit heures (contre Burgos). Il faut rester concentrés. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles