Basket - Euroligue (H) - Encore une défaite en Euroligue pour l'Asvel, corrigée à Athènes

·3 min de lecture
Basket - Euroligue (H) - Encore une défaite en Euroligue pour l'Asvel, corrigée à Athènes

Chez l'Olympiakos le Pirée (Grèce), l'Asvel n'a jamais réussi à s'exprimer vendredi soir et a concédé son plus lourd revers de la saison en Euroligue (54-89). Ce n'est pas l'envie qui manquait à l'Asvel, vendredi à Athènes, mais le Champion de France, en proie au doute depuis dix jours - quatre défaites consécutives (deux en Championnat et deux en Euroligue) -, a lentement coulé dans le port du Pirée face à l'Olympiakos. Et ce ne sont pas les encouragements de l'entraîneur T.J. Parker, d'un calme olympien alors que ses troupes rataient leur match (54-89), qui y ont changé quoi que ce soit. Face à l'actuel troisième d'Euroligue (11 victoires, 5 défaites), les Rhodaniens n'ont jamais eu les solutions, individuelles ou collectives, pour aller chatouiller le triple vainqueur de la compétition (1997, 2012 et 2013), mis sur orbite par un ancien de la maison villeurbannaise, le pivot Moustapha Fall (8 points). Malgré une entame intéressante (4-0, 2e), les carences et le manque d'impact physique s'avéraient trop criants pour briser les vagues grecques, qui rapidement asphyxiaient Youssoupha Fall (11 points, 6 rebonds) et les siens. Distancée après dix minutes (10-20, 10e), l'Asvel, parfois nerveuse à l'image de deux fautes techniques récoltées sur la même action par William Howard et Chris Jones, craquait définitivement dans la foulée, et rentrait au vestiaire tête basse (21-39, 20e). lire aussi Le film du match Alors qu'il espérait une meilleure réussite à la reprise, Parker voyait l'écart grimper toujours plus (65-38, 30e), et se résignait à gérer la fin de partie en économisant les corps et les esprits. La chute au classement (7 victoires, 9 défaites, 12e) est loin d'être rédhibitoire, mais elle appelle un second souffle que le club n'arrive pas à trouver pour l'heure. 35 Les 35 points d'écart concédés par l'Asvel constituent la deuxième plus lourde défaite du club en Euroligue depuis son retour dans la compétition (2019). En 2019-2020, l'équipe alors entraînée par Zvezdan Mitrovic avait concédé 41 points chez le Bayern Munich (104-63) pour son troisième match. Élie Okobo dans la nasse Comme un symbole, alors que les victoires de l'Asvel s'accolaient le plus souvent à ses prestations individuelles, Élie Okobo a eu toutes peines du monde à s'exprimer. Ménagé, remplaçant au coup d'envoi, l'ancien meneur des Phoenix Suns a attendu jusqu'au milieu du troisième quart afin d'ouvrir son compteur personnel (8 points au final, à 3 sur 9 sur tir). Face à une garde rapprochée, il manquait également de solutions en attaque (3 passes décisives), ce que n'a pas manqué de souligner son entraîneur. 8 Sur ses trois derniers matches d'Euroligue, Élie Okobo tourne à huit points de moyenne. À des années-lumière de ses treize premières sorties (18,5 points de moyenne) « Je ne suis pas inquiet pour seulement un joueur mais pour l'équipe, soufflait Parker après la partie. Elie fait partie de l'équipe. Il est dans le dur parce que les adversaires le connaissent désormais, ils s'adaptent contre lui. Son attaque reviendra mais on doit s'améliorer collectivement. » Des progrès qui semblaient difficiles à envisager, alors que l'effectif est encore marqué par les péripéties des dernières semaines. lire aussi Le classement de l'Euroligue « Ce n'est pas facile pour nous, plaidait le technicien. On a commencé à plonger quand on a perdu David Lighty sur blessure (depuis le 6 novembre et la défaite contre Paris 79-82, l'Asvel n'a remporté que 3 de ses 14 derniers matches). Raymar Morgan (hernie discale) n'a pas joué un match avec nous, on a eu notre lot de blessures, nous avons été touchés par le Covid... On a encore trois matches d'ici la fin d'année et cette fois-ci un peu de temps pour s'entraîner, ce dont on manque cruellement. On ne voyage pas aussi bien que les autres équipes, et parfois, cela nous draine notre énergie. » Autant dire que le report du match contre Nanterre (Covid), prévu dimanche, alors que la venue du Fenerbahçe de Nando De Colo jeudi prochain se profile, tombe à pic. lire aussi Toute l'actualité du basket À VOIR : Le résumé d'UNICS Kazan - Zalgiris Kaunas

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles