Basket - Euroligue (H) - L'Asvel enchaîne une troisième victoire en Euroligue à Belgrade

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Villeurbanne a pris sa revanche sur l'Étoile Rouge en s'imposant sur le parquet de Belgrade (81-78), engrangeant un troisième succès de rang grâce à un extraordinaire Norris Cole (15 de ses 22 points dans le money-time). Norris Cole s'est stoppé derrière la ligne des lancers francs, s'est élevé et a déclenché son shoot, sûr de lui. Et le meneur américain de l'Asvel a trouvé la cible. Encore et encore. Dans une fin de match folle (neuf changements de leader dans le dernier quart), où un mano a mano s'était engagé entre le double champion NBA avec Miami et l'arrière de l'Etoile Rouge Corey Walden, un exploit individuel après l'autre, c'est Cole, déjà étincelant contre Vitoria (20 points et la victoire 83-77), qui a eu le dernier mot.

L'Américain, discret dans les trois premiers quarts, où Antoine Diot avait fait un chantier (12 points en 13 minutes, 4/4 à 3 points, 2 interceptions), a inscrit 15 de ses 22 points dans le money-time, signé une défense décisive sur un tir de Jordan Loyd, puis conclu l'affaire aux lancers francs (81-78). La dernière tentative de Loyd, qui réclamait une faute sur son tir à 3 points, ne trouvait pas la cible. Un banc déterminant L'Asvel décroche une victoire amplement méritée, sa troisième d'affilée après Valence et Vitoria. Les hommes de TJ Parker se sont vengés d'un match aller catastrophique (68-89) où ils s'étaient fait marcher dessus par le duo Loyd - Walden (49 points à l'aller, 25 hier), et enfoncent les Serbes au classement (17es, 7 victoires -16 défaites). Eux restent 14es (9-14). lire aussi Classement de l'Euroligue Les Villeurbannais avaient posé les jalons de leur victoire lors d'une première mi-temps maîtrisée, où leur jeu de passes a fait des merveilles. Emmenée par un Antoine Diot auteur de l'une de ses meilleures sorties de la saison, tant dans l'agressivité que la direction du jeu et l'adresse, l'Asvel a affiché de belles valeurs défensives après un premier quart en roue libre (25-23 pour les Français), et s'est appuyée sur une incroyable adresse à 3 points (9 sur 12 au coeur du deuxième quart, 10/20 au final). De quoi construire un matelas de 15 longueurs (45-30, 18e), grâce à l'efficacité, aussi, de son banc, illustré par les entrées déterminantes de Matthew Strazel (8 points), d'Amine Noua (12 points) ainsi que celle de Paul Lacombe, brillant à la création (6 passes décisives en 6 minutes). Au retour des vestiaires, les locaux serraient la vis en défense et reprenaient les commandes. Avant que Norris Cole ne prenne feu...