Basket - Euroligue (H) - L'Asvel n'a pas fait le poids face à Belgrade en Euroligue

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Balayée à domicile par l'Étoile Rouge Belgrade ce mercredi soir (68-89), l'Asvel enregistre sa quatrième défaite en cinq matches d'Euroligue cette saison. On attendait de l'Asvel, après sa belle victoire à Vitoria, qu'elle valide les progrès entrevus, face à l'Etoile Rouge Belgrade, un adversaire plus à sa portée dans cette Euroligue, et qui restait sur deux défaites de rang, à l'extérieur. On aura eu droit à une énorme désillusion (68-89), une décomposition progressive du jeu villeurbannais qui n'est jamais parvenu à imposer ses points forts, en témoigne le petit match de Moustapha Fall, qui en 19 minutes de jeu n'a pris qu'un seul tir (pour 7 pts au total).

Pourtant les hommes de TJ Parker se montraient à leur avantage au départ, dans un premier quart où ils prenaient d'entrée l'ascendant. Avec un David Ligthy très incisif, l'impact offensif d'Allerick Freeman et une belle adresse primée (4/8), l'Asvel semblait avoir démarré du bon pied (21-17 ; 10ème). Mais l'Etoile Rouge Belgrade dispose avec Jordan Loyd et Corey Walden d'une ligne d'arrières redoutables, qui punissaient le moindre fléchissement des intentions défensives villeurbannaises, alternant les shoots primés de Walden, et l'agressivité de Loyd. lire aussi Le film du match L'Asvel se laissait surprendre, à l'image de ce 7-0 concédé dès le début du deuxième quart (21-24,12ème). Malgré un bon passage de Kevarius Hayes, le duo Loyd - Walden faisait basculer le match dans les mains serbes (33-41, 18ème). L'Asvel piochait (17 pts marqués dans le deuxième quart) et avait concédé trop de points (27 pts encaissés) pour arriver menée à la pause (38-44,20ème). Le jeu villeurbannais était bancal, et son homme fort Moustapha Fall était trop en retrait. Le pivot avait à peine joué dix minutes, mais surtout il n'avait pas pris un seul tir. lire aussi Calendrier/résultats de l'Euroligue Ce qui n'aidait pas à rééquilibrer le jeu. TJ Parker avait beau faire tourner ses rotations, le duo de dragsters de Belgrade continuait son festival, avec aplomb, et une réussite primée étonnante (9/13 dans les trente premières minutes) alors que de l'autre côté, les solutions offensives se faisaient rares. Un éclair primé de Diot n'effaçait pas une impuissance et un manque de confiance, à l'image d'un William Howard, d'un Mathew Strazel en échec, et d'un Fall peu sollicité. Les hommes de Sasa Obradovic déroulaient même, pour creuser un écart préoccupant (51-65, 28ème), et tenaient l'Asvel au pas, sur demi-terrain. Désorientés, les Villeurbannais avançaient vers les dernier quart en ayant encaissé cinquante points sur les 2ème et 3ème quarts (53-67, 30ème). Réaction attendue vendredi contre Saint-Pétersbourg Pendant que le duo de lutins diaboliques de l'Etoile Rouge continuait à faire le show, on ne voyait pas bien d'où pourraient venir l'étincelle, le sursaut de révolte côté Asvel, où on subissait le sens du match. Belgrade enfonçait le clou, et Duop Reath permettait aux siens d'atteindre les vingt points d'écart (60-80,36ème). L'Asvel avait perdu trop de duels, et se délitait encore, enchaînant les erreurs. Et les hommes de l'ex-coach de Monaco Sasa Obradovic se dirigeaient vers une large victoire (68-89), infligeant à l'Asvel sa plus lourde défaite européenne de la saison. Ce qui n'est assurément pas le meilleur moyen de préparer la venue de Saint-Pétersbourg ce vendredi. « 89 points encaissés, aucun combat, aucune bagarre, nos adversaires ont voulu tout plus que nous, se désolait TJ Parker, le coach villeurbannais. Cela a commencé en première mi-temps. Il faut se battre et nous ne l'avons pas fait. C'est un problème d'envie. Cela ne me dérange pas de perdre mais quand on ne donne pas tout, je ne suis pas d'accord. On n'existera pas ainsi en Euroligue. »