Basket - Euroligue (H) - L'Olympiakos prend sa revanche sur l'Asvel

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Quatre jours après son succès sur le parquet de l'Olympiakos (69-63), l'Asvel n'a pas réussi à refaire le même coup, mardi, face au club du Pirée, vainqueur après prolongation (93-101). Un match de basket se joue jusqu'au bout. En dépit d'une seconde période remarquable et intense (49-42), l'Asvel n'a pas été capable de battre l'Olympiakos une seconde fois en quatre jours, après avoir créé une petite sensation dans le port d'Athènes (63-69). Le club de Tony Parker menait pourtant de 3 points à 9 secondes de la fin (86-83)... avant qu'un tir longue distance du meilleur joueur grec, Kostas Sloukas, n'envoie le match en prolongation, à moins d'une seconde du terme. lire aussi Le classement de l'Euroligue
Encore devant pendant les trois premières minutes, l'équipe de T.J. Parker, porté par le duo Norris Cole (21 points, 6 passes) et David Lighty (18 points, 7 rebonds) n'a cédé que sur la fin, physiquement entamée, à l'image de Lighty. Au final, l'Asvel a même laissé filer le panier-average sur un dernier lay-up du dragster Shaquielle McKissic (23 points dont 10/13 aux lancers francs) au buzzer. Une fin de match à oublier. Au micro de RMC Sport, McKissic a tenu à rendre hommage à Kostas Sloukas, également auteur de 23 points (9/9 sur la ligne), et poison permanent pour la défense villeurbannaise. « Gagner ici, en France, était très important pour nous et Kostas a réalisé un nouveau miracle avec son panier à 3 points à la fin du temps réglementaire. »

Ancien pilier de Villeurbanne (2011-2016 puis 2018-2020), l'intérieur international français Livio Jean-Charles, qui a rejoint « les Reds » cet été, en convenait également, malgré un temps de jeu limité (4 minutes) : « e pense que l'Asvel pouvait bien mieux faire sur la fin mais tant mieux pour nous. » Le club hellène enregistre donc sa onzième victoire et se repositionne donc pour les play-offs - réservés aux huit premiers de la phase régulière - tandis que Villeurbanne concède un quatorzième revers en vingt matches qui plombe un peu plus son bilan comptable.

Surtout, l'Asvel ne dispose que d'à peine 48 heures pour se remettre la tête à l'endroit avant la venue de Valence et de Louis Labeyrie, vendredi soir à l'Astroballe. Le parcours du combattant se poursuit.