Basket - Euroligue (H) - Sasa Obradovic (Étoile Rouge Belgrade) : « Je dédie ma victoire à Monaco »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

L'entraîneur serbe de l'Étoile Rouge de Belgrade, Sasa Obradovic, ancien tacticien de Monaco, a dédié son succès (89-68) à son ancienne équipe, avec qui il n'avait jamais réussi à s'imposer à l'Astroballe. Sasa Obradovic (entraîneur de l'Étoile Rouge Belgrade) : « Je tiens avant tout à dédier cette victoire à l'un de mes amis, décédé aujourd'hui, Mileta Lisica (passé notamment par Limoges et Le Mans), qui faisait partie de ma génération championne à l'Étoile Rouge en 1993, ainsi qu'à sa famille et ses proches. Concernant le match, tout a commencé pour nous au deuxième quart. Nos deux Américains Jordan Loyd et Corey Walden ont dominé statistiquement (49 points, 6/10 à 3 points, 14 fautes provoquées, 9 interceptions cumulées à eux deux !), mais c'est toute l'équipe qui a livré une belle prestation, notamment en l'absence de Johnny O'Bryant. lire aussi L'Asvel n'a pas fait le poids face à Belgrade Au final, avec notre intensité et notre état d'esprit, on a mérité notre victoire, à l'extérieur. C'était très important pour nous après deux défaites de suite. Concernant Jordan et Corey, on savait à quel type de joueurs on avait affaire, agressifs, capables d'être performants et constants. Pour finir, j'aimerais aussi dédier la victoire à mes amis de Monaco (coach de l'ASM de février 2019 à mars 2020, Obradovic s'est incliné à cinq reprises à l'Astroballe, deux fois en saison régulière et trois fois lors de la finale 2019 remportée par l'Asvel). » lire aussi Le film du match TJ Parker (entraîneur Asvel) : « En première mi-temps, on débute bien on fait des stops. Mais après, dès le deuxième quart, on se relâche. Sur plusieurs séquences, on défend bien 20 secondes et on fait une erreur en fin de possessions qu'on paie cash. On ne se bat pas sur les ballons qui traînent, où c'est du 50-50, les rebonds offensifs. Le banc n'était pas prêt. En deuxième mi-temps ils en voulaient plus voilà tout. Leurs Américains ont été bons et on n'a pas fait le job défensivement.

Est-ce que cela m'inquiète ? Pas spécialement. Les joueurs savent ce qu'ils doivent faire. On l'a montré à Valence, à Vitoria. Ils doivent aussi retrouver du rythme. On doit se concentrer sur vendredi maintenant (réception du Zenit Saint-Pétersbourg). Les matches comme ça, ça peut arriver, mais il faut tourner la page et sonner l'alarme. » David Lighty (Asvel) : « Ils ont joué mieux que nous dans tous les domaines, le combat, le rebond... On n'a pas su égaler leur intensité, cela s'est vu à la marque. On savait que Loyd et Walden pouvaient faire ça, qu'ils étaient leur principale menace. Il faut être meilleurs en défense, dans l'intensité, nous parler plus les uns les autres. Maintenant, il ne faut pas s'inquiéter, cogiter ou pleurer. Mais se servir de ça pour vendredi et apprendre de nos erreurs. »