Basket - FFBB - Élections à la Fédération de basket : Jean-Pierre Siutat passe la quatrième

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Jean-Pierre Siutat, en place depuis 2010 et sans opposition déclarée, sera élu samedi président de la Fédération française de basket pour un quatrième mandat. De suspense il n'y aura pas. Jean-Pierre Siutat (62 ans le 23 décembre prochain) sera réélu samedi à la présidence de la Fédération française de basket pour la troisième fois. Un nouveau mandat officialisé depuis la maison du... handball de Créteil, lieu de réunion temporaire du comité directeur de la FFBB. Aucune opposition ne s'est manifestée ces dernières semaines dans les « territoires » pour remettre en question la victoire annoncée du maître absolu de la FFBB, l'une des Fédérations olympiques les plus puissantes du pays, en place depuis 2010 et réélu en 2012 puis en 2016 sans davantage de contestation malgré la tentative, avortée dès le premier tour du scrutin plurinominal il y a quatre ans, de l'ancien sélectionneur des Bleus et DTN Jean-Pierre De Vincenzi. Perte de licenciés Parmi les quarante-neuf candidats aux trente-cinq postes du comité directeur, dont treize femmes minimum, qui font l'objet samedi matin du vote à distance des deux cents grands électeurs (les délégués des clubs et des licenciés), aucun ne s'est exprimé publiquement pour renverser l'ancien vice-président du CNOSF (2013-2019), un temps considéré comme un candidat à la présidence du comité olympique. L'équipe en place devrait donc être largement maintenue pour la prochaine olympiade jusqu'aux JO de Paris 2024. Après les 88 % de voix obtenues en 2010 et les 98 % de suffrages en 2012 et 2016, le nouveau triomphe annoncé de Jean-Claude Siutat fait bien grincer quelques dents dans un contexte général très particulier ces derniers mois avec l'arrêt des activités sportives en raison de la situation sanitaire et les pertes d'effectifs et économiques qui s'accumulent. La Fédération annonce 460 444 licences au 16 décembre, soit une perte de 90 000 environ en un an, évidemment imputable à la pandémie de coronavirus. Elle avait clos la saison 2019-2020 à 668 000 licences. La présidence n'a pas communiqué sur le bilan de la mandature en amont des élections comme à l'accoutumée afin « de faire profil bas en ces temps particuliers », explique le service de presse fédéral. La vitrine reste belle Le budget de la FFBB annoncé à 33,5 millions d'euros en octobre, et qui avait atteint 38 millions d'euros en 2018-2019, un record, devrait également subir une forte érosion, de l'ordre potentiellement de 20 %. Aucun soupçon de scandale financier ou moral n'a terni la présidence. Et les personnalités ayant manifesté publiquement un désaccord avec la politique fédérale sont quasi inexistantes. Seul l'ancien président du Limoges CSP Frédéric Forte, décédé en décembre 2017, semblait envisager de porter la contradiction à moyen terme. Depuis, c'est le calme plat. « Ce système électoral, indirect, sans listes (*), rend peut-être aussi plus compliquée l'émergence d'une opposition », estime Jean-Christophe Breillat, avocat, spécialiste en droit du sport. Le crédit de Jean-Pierre Siutat, personnalité pugnace, omniprésente et clivante, n'est pas entamé. La vitrine reste belle. Les équipes de France - les hommes sont médaillés de bronze mondiaux en 2019, les femmes sont deuxièmes européennes depuis 2013 - se portent bien et sont qualifiées pour la troisième fois de suite conjointement aux JO. L'organisation régulière de compétitions (TQO féminin en 2020, Euro femmes 2021 coorganisé avec l'Espagne) témoigne du dynamisme d'une instance qui a apaisé les relations avec le monde professionnel (LNB). Et qui doit désormais gérer la pénurie avant la relance post-virus. (*) les deux cents délégués élisent les trente-cinq membres du comité directeur parmi lesquels est ensuite élu le président fédéral.