Basket - Jeep Élite - Asvel - « Il faut enchaîner », assure TJ Parker après la victoire de l'Asvel contre Monaco

·2 min de lecture

L'entraîneur de l'Asvel, qui a surclassé Monaco samedi après-midi (92-68), voulait vite oublier la victoire des siens contre le leader de Jeep Élite et vainqueur de l'Eurocoupe, et mettait en avant la nécessité d'enchaîner dès lundi à Bourg. TJ Parker (entraîneur de l'Asvel) : « On n'a pas spécialement réfléchi au fait qu'une défaite nous aurait mis en grande difficulté pour rattraper Monaco et briguer le titre. On sait qu'ils sortent d'une belle campagne européenne (vainqueurs de l'Eurocoupe), que c'est une très belle équipe. On prépare chaque match comme si on allait au bout. Chaque victoire sera importante pour viser la première place. Chaque équipe a encore dix, onze matches à jouer... Maintenant, on a gagné, on a livré un super match. On a fait le nécessaire sur notre terrain, mais on les recroisera. lire aussi L'Asvel dévore Monaco En deuxième quart, on s'est posés quelques questions, notre attaque était trop statique. Mais on ne va pas se mentir : quand on a un Moustapha Fall et un Thomas Heurtel à ce niveau (52 points cumulés à 21/24 au tir, 27 et 25, records en Jeep Élite battus), on est durs à jouer. Je connais Zvezdan Mitrovic, je sais qu'il aime faire défendre en un contre un au post-up, donc tant que ça marchait avec Mous... Quant à Thomas, c'est un autre niveau. Il faut fermer les yeux des fois, le laisser jouer, mais il peut te changer les matches. Sa situation ne lui plaisait pas à Barcelone, parce qu'il fallait toujours être dans le cadre du système, sur la retenue. Il faut le laisser un peu faire et ça donne ça. Maintenant, on a basculé sur Bourg-en-Bresse (lundi). Les matches s'enchaînent et perdre Bourg après avoir gagné celui-là serait du gâchis. On doit viser un sans-faute, d'autant qu'on doit compter sur des faux pas de Dijon et Monaco, si on veut briguer la première place. » lire aussi Le calendrier de la Jeep Élite Zvezdan Mitrovic (entraîneur de Monaco) : « Bravo à l'Asvel qui a joué un grand match. Pendant 20 minutes, on était ok, on avait de la force et de l'énergie. Après, en seconde période, on est revenus du vestiaire comme vidés. Je ne sais pas comment l'expliquer. On était soft, on n'avait plus d'énergie pour résister dans le combat à l'intérieur, et le match est devenu facile pour Villeurbanne. Mais c'est une demi-surprise après tous ces jours sans s'entraîner, entre retour de Russie, quarantaine, la descente après l'euphorie... C'est difficile émotionnellement, on est un peu relâchés. J'essaie de réveiller mes joueurs, mais c'est dur sans entraînement. On enchaîne dès après-demain (à domicile contre Nanterre). » lire aussi Le classement de la Jeep Élite