Basket - Jeep Élite - Jeep Élite : contacts rompus avec Simone Pianigiani pour le poste d'entraîneur de Boulogne-Levallois

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'Italien Simone Pianigiani, que la rumeur disait proche du poste d'entraîneur de Boulogne-Levallois, ne rejoindra pas, sauf coup de théâtre, le club francilien. C'est l'une des rumeurs qui a fleuri avec l'annonce du départ de l'entraîneur Freddy Fauthoux de Boulogne-Levallois, pour sans doute rejoindre l'Asvel. Un grand nom devait prendre place sur le banc du club francilien pour diriger son ambitieux projet sportif. Mais l'Italien Simone Pianigiani (50 ans), ex-sélectionneur de l'Italie (2009-2015), ancien coach de Sienne et de Milan, ne rejoindra pas, sauf coup de théâtre, les Metropolitans 92. C'est le vice-président du club Alain Weisz qui nous l'a confirmé lundi après-midi. « Il y a bien eu une discussion une fois que le départ de Freddy a été acté, dit Weisz. Mais cela n'aboutira pas. Les contacts ont été définitivement abandonnés. » Les prétentions financières de l'Italien vont sans doute au-delà des capacités de Boulogne-Levallois. Actuellement, Pianigiani est toujours sous contrat, et payé par Milan, même s'il a été remplacé par Ettore Messina l'été dernier à la tête du projet lombard. Il sera officiellement libre le 30 juin. S'il n'a aucune piste d'ici-là, et que Boulogne n'a pas encore choisi son coach, rien n'interdira aux deux parties de relancer la discussion. D'ici-là, les Mets continuent d'explorer le marché. L'autre rumeur qui évoquait la venue de Vincent Collet, ami et ancien assistant d'Alain Weisz au Mans, n'a aucune épaisseur. Le sélectionneur, qui négocie actuellement - et devrait incessamment trouver un accord - avec la Fédération française les modalités de son maintien à la tête de l'équipe de France pour les JO de Tokyo, repoussés à l'été 2021, n'a pas l'intention de reprendre un club d'ici l'échéance olympique. Pour l'heure, il n'existe aucune discussion allant dans le sens d'une collaboration entre l'entraîneur et le club francilien. Évincé du banc de Strasbourg, Vincent Collet a la tête aux Bleus

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi