Basket - Jeep Elite - Jeep Élite : Monaco vainqueur du choc contre Strasbourg et solide leader

L'Equipe.fr
·6 min de lecture

La Roca Team a été impitoyable vendredi à Strasbourg, malgré une première mi-temps compliquée. Mais sa défense, sa densité physique et ses rotations ont fait la différence ensuite pour empocher une victoire importante (80-72). Monaco n'est jamais faible, ou faillible, très longtemps. L'impression laissée au coup de sifflet final sur le parquet strasbourgeois était celle d'une équipe alsacienne en ruines, écrasée, concassée par le rouleau compresseur monégasque. L'ASM est toujours le solide leader de la Jeep Élite, n'a toujours pas perdu à l'extérieur, cumule une huitième victoire de rang depuis le 31 mars et, après sa victoire à Boulogne - Levallois mardi soir (85-78), s'est sortie d'une adversité suffisamment intéressante pour préparer au mieux sa finale d'Eurocoupe contre Kazan. lire aussi Le classement de la Jeep Élite Ce n'est rien de dire que la SIG s'est pris vendredi soir un lourd Rocher sur la tête, menée même un moment de quinze points (63-78, 38e) et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir combattu. L'équipe de Lassi Tuovi était bien mieux entrée dans le match que son adversaire, elle avait cherché à mettre de l'intensité, du défi physique, et avait trouvé des brèches dans une défense monégasque au ralenti. Suffisamment pour infliger 27 points en un quart-temps (27-22,10e) à la troisième meilleure défense de France (74,5 pts encaissés en moyenne). Brandon Jefferson et Bonzie Colson semblaient bien partis pour mettre le feu au match, Monaco piétinait, et comble de malheur, voyait son homme fort, Marcos Knight prendre sa quatrième faute dès la 16e minute (36-33). Strasbourg s'est usé au fil des rotations monégasques La défense monégasque n'était pas en ordre de marche, ce qui lui valait l'ironie acerbe de son coach Zvezdan Mitrovic sur un temps mort, au micro de la chaîne L'Équipe : « Allez-y, vous avez raison, pas besoin de défendre, faites faute et laissez les tirer des lancers » lâchait-il. Menés au repos (46-39), on gage que ses hommes ont dû prendre un deuxième service dans le vestiaire. Et au retour sur le terrain au deuxième acte, la Roca Team était transfigurée. La dureté défensive montait d'un cran, l'engagement collectif aussi, ainsi que le niveau d'énergie. Ibrahima Fall Faye était remarquable d'activité, avec Mathias Lessort (12 points au final, meilleur marqueur monégasque avec Rob Gray), Damien Inglis (8 pts), les Golgoth monégasques faisaient un raffut sous le cercle. Et Monaco déroulait son jeu. La SIG encaissait un 9-0 (36-48, 23e), stagnait à 14 % d'adresse aux tirs dans ce troisième quart, et commençait à déjouer sous toute cette pression. Les Alsaciens subissaient physiquement le match, étaient enfoncés dans tous les compartiments du jeu, et s'usaient au fil des rotations monégasques. lire aussi Calendrier et résultats de la Jeep Élite « On a eu cinq minutes dans le dernier quart où on les tient à 1 point, sur lancer franc. Quand on défend comme ça, il n'y a pas beaucoup d'équipes en Jeep Élite qui peuvent tenir » résumait le pivot Mathias Lessort. L'ASM s'envolait en effet (59-75, 33e), et comme souvent ces temps-ci, Rob Gray était à la conclusion du match. Zvezdan Mitrovic avait admis, après la victoire à Levallois mardi que « même si nous, coaches, on ne parle que du match qui vient, il est clair que cette finale d'Eurocoupe est dans les têtes des joueurs. Et ce n'est pas facile de se positionner entre Championnat et finale européenne ». Désormais, avec la satisfaction du devoir (bien) accompli en Jeep Élite, ses hommes vont pouvoir se consacrer entièrement à leur premier rendez-vous face aux Russes de Kazan, mardi prochain. Les autres matches Boulogne-Levallois - Le Mans : 101-92 (a.p.)

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

On a failli jouer jusqu'au bout de la nuit entre Metropolitans et Manceaux qui ont eu besoin de deux prolongations pour se départager. Le dernier mot est finalement revenu aux hommes de Jurij Zdovc portés par un percutant duo intérieur Tomer Ginat (20 points) et Vitalis Chikoko (20 points). Sous le cercle, mais aussi derrière la ligne primée (10/24), Boulogne a été plus adroit que les Sarthois. Le MSB n'a pu s'appuyer sur son homme dominant Ovie Soko (9 points et à 2/7), et malgré son duo extérieur Kaza Kajami-Keane (17 points) et Scott Bamforth (16), Le Mans a manqué de tenue. Mais il aura eu la satisfaction de voir un match plein de son intérieur Darel Poirier (17 points, 3 rebonds en 24 min). Bourg-en-Bresse - Chalon-sur-Saône : 88-85

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L'Elan Chalonnais a bien mené son match, dans la foulée d'un Myles Hesson efficace (22 points et 4 rebonds), et n'a pas été loin de la victoire puisqu'il menait encore (88-85) à quarante-cinq secondes du gong. Et c'est alors que Zachery Peacock a surgi pour inscrire un tir primé et ramener les Bressans à hauteur. On aurait pu s'acheminer vers une prolongation, mais à sept dixièmes de secondes de la fin, la défense chalonnaise était encore prise à défaut sur un autre tir primé de Pierre Pelos, qui donnait la victoire à Bourg, qui terminait à 14/26 derrière les 6,25 m. Orléans - Nanterre : 89-98

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Nanterre s'est redonné des couleurs et un peu d'air par rapport au bas de tableau, en s'imposant à Orléans. Les Verts ont fait la différence dans un quatrième quart-temps de folie, qui aura définitivement fait exploser les Orléanais. Les hommes de Donnadieu infligeaient un 14-34 grâce notamment à un Marcquise Reed est décidément en forme (20 points et 4 rebonds). Ils ont pu s'appuyer sur un excellent Johnny Berhanemeskel, l'arrière érythréen se montrant une véritable menace (21 points dont 5/6 à trois points). Le jeune intérieur Victor Wembanyama (17 ans) a aussi apporté sa pierre à l'édifice (12 points et 6 rebonds en 14 minutes). Le duo orléanais Luke Fisher (20 points) - Chima Moneke (19 points) s'est bien battu mais en vain. Boulazac - Cholet : 77-83

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il n'y a pas eu de miracle à Boulazac, dernier qui enregistre une seizième défaite face à un adversaire pour le maintien, et se retrouve scotché dans le fond du tableau. Pour avoir mal entamé son premier quart (13-27), et laissé Cholet développer son jeu, la BBD n'a jamais pu inverser la tendance, malgré une bien meilleure deuxième mi-temps (48-38). Malgré son duo Mouphtaou Yarou (17 pts) - Jeremy Nzeulie (18), Boulazac a montré trop de lacunes, en étant complètement dominé au rebond (48-32 dont 14 rebonds offensifs pour Cholet). L'équipe des Mauges aura su trouver ses leaders, à commencer par Chris Horton, en mode double - double (17 points - 11 rebonds).