Basket - Jeep Elite - La LNB interroge ses clubs avant de décider de jouer en novembre

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Avant de décider mardi en comité directeur si elle reporte les matches prévus durant le confinement, la LNB a lancé une consultation pour connaître la tendance du moment par rapport au huis clos. Des matches de Jeep Elite seront-ils disputés avant la fin du confinement, prévu a minima le 1er décembre ? La réponse à cette question doit être donnée mardi par le comité directeur de la LNB. Ses 17 membres, représentants des clubs de Jeep Elite, clubs de Pro B, joueurs, entraîneurs et de la FFBB, pourront « s'orienter » avec les résultats d'une « consultation » effectuée par la ligue. Ce questionnaire envoyé aux clubs pro, que L'Equipe a pu consulter, comporte cinq questions, une sur la Leaders Cup Pro B, une pour savoir s'il est préférable de reporter les matches « en attendant la décision officielle sur les dispositifs d'aides mise en place par l'État », un sujet qui suscite une forte inquiétude, et trois pour savoir combien de clubs sont aujourd'hui prêts à jouer à huis clos. Jouer durant le confinement permettrait « d'alimenter nos diffuseurs TV dans une période où les audiences vont grimper compte tenu du confinement » Il est fait une différence entre ceux qui accepteraient de jouer à huis clos à domicile, donc en assumant des pertes qui pourraient s'élever de 100 à 150 000 euros, et ceux qui préféreraient se déplacer. Un seul huis clos à domicile est proposé, contre quatre déplacements au maximum. Un souhait transparaît dans la question n°4 : il y est expliqué que continuer de jouer permettrait « d'alimenter nos diffuseurs TV dans une période où les audiences vont grimper compte tenu du confinement ». C'est visiblement la position de M. Béral, le président ayant expliqué vendredi à l'issue d'une AG que « produire une activité nous semble important pour tenir le haut du pavé. » Des divergences existent cependant au sein même du comité directeur puisque le vice-président, Martial Bellon, répète encore ce samedi dans le DNA ne pas souhaiter de matches sans public, les seuls autorisés en novembre. « Le huis clos est mortifère et je ne suis pas le seul à le dire », déclare le président de Strasbourg. Un avis tranché en faveur ou en défaveur des huis clos apparaissant dans les résultats de cette consultation permettrait, peut-être, de faire pencher la balance. Sans obligation ? A priori, il n'y aurait pas d'obligation de jouer si les matches à huis clos étaient autorisés en novembre. Ceux-ci opposeraient des équipes volontaires. Ce qui risquerait d'aboutir à « un capharnaüm » en termes de calendrier, a prévenu le directeur exécutif du BCM Gravelines, Hervé Beddeleem, dans La Voix du Nord.